Aider avec impuissance masculine levitra generique france
Accueil / Monnaie / Bitcoin : monnaie virtuelle, mais risques réels
Infographie Bitcoin - (c) Finyear
Infographie Bitcoin - (c) Finyear

Bitcoin : monnaie virtuelle, mais risques réels


La monnaie virtuelle est-elle appelée à devenir réelle ? L’Allemagne a reconnu officiellement le bitcoin comme une “monnaie privée”. Une décision qui permet au pays de taxer cette nouvelle monnaie virtuelle… mais qui montre aussi l’importance grandissante qu’elle prend. Loretlargent.info fait le point sur cette alternative pas si virtuelle que cela, et qui présente aussi des risques.

[Mise à jour du 25/05/2016]

Le Bitcoin continue de faire couler beaucoup d’encre et de bits depuis mes premiers articles sur le sujet. Des années après sa création en 2009, la crypto-monnaie continue d’exercer une forte attraction. Elle est désormais utilisée à travers le monde. Cette monnaie dématérialisée est acceptée par de plus en plus de commerçants et par les plus grandes marques. Elle permet d’acheter des biens de consommation courante comme en témoigne cette infographie sur le Bitcoin publiée par Finyear.

Infographie Bitcoin - (c) Finyear
Infographie Bitcoin – (c) Finyear

Le Bitcoin est même devenu un moyen de paiement légal pour payer des documents administratifs. Une initiative intéressante de la commune suisse de Zoug qui héberge une quinzaine de start-up spécialisées dans les nouvelles technologies financières.

Le Bitcoin constitue une alternative anonyme et intraçable aux monnaies fiduciaires, mais il a les mêmes défauts que n’importe quelle monnaie fiduciaire. Soumis à la spéculation, il peut être dévalué jusqu’à ne rien valoir du jour au lendemain.

Une genèse informatique

Pour mieux comprendre le rôle actuel du bitcoin, il faut remonter à ses origines.  La monnaie a été imaginée en 2009 par Satoshi Nakamoto, un personnage resté dans l’ombre de plusieurs forums sur internet. Car le bitcoin est bien une monnaie virtuelle, destinée aux échanges sur la toile. Cette crypto-monnaie n’est adossée à aucun système bancaire : son fonctionnement dépend d’un protocole informatique. Pour pouvoir échanger leurs bitcoins, les internautes doivent donc utiliser un logiciel. Les transactions peuvent être effectuées depuis un ordinateur, un smartphone ou une tablette.
Confidentiel, anonyme, sécurisé et universel : le bitcoin a comme objectif de faciliter les transactions entre internautes. C’est à la fois une devise monétaire et un système de paiement.

Après la bulle, le bitcoin lance les débats !

Ces avantages sont aussi les failles qui inquiètent les autorités monétaires officielles.
Les flux de monnaie, les échanges ou les transactions ne sont pas visibles pour les institutions financières et économiques. C’est d’ailleurs le genre de dérive qui a conduit les autorités américaines en juin à inculper l’émetteur de monnaie Liberty Reserve, qui aurait servi à blanchir “six milliards de dollars en sept ans à travers le monde“.

Le bitcoin se trouve donc sous surveillance. Les services financiers de l’Etat de New York par exemple aimeraient bien trouver le moyen de réguler les flux de monnaie… et d’identifier les origines des transactions.

Reconnu en Allemagne, interdit en Thaïlande… quel est le statut du bitcoin ?

En Allemagne, le bitcoin vient de vivre une reconnaissance à double tranchant. Le gouvernement a reconnu le bitcoin comme monnaie privée. Les échanges sont autorisés, mais cette reconnaissance officielle permet surtout à Berlin d’imposer une existence juridique, première base d’une taxation.

En France, les transactions avec des bitcoins ne sont pas interdites. Mais d’autres pays pourraient se diriger vers la solution allemande, pour donner un cadre légal au bitcoin. C’est le cas du Canada, des Etats-Unis et de l’Australie : cette réflexion est accompagnée d’enquêtes sur le rôle de la monnaie dans les blanchiments d’argent, les transactions illégales et les risques bien réels de vols.
Enfin, en Thaïlande, le bitcoin est tout à fait interdit.

La liberté, mais des risques !

Certes, l’idée  d’une monnaie qui ne dépend ni d’un Etat, ni d’un établissement bancaire peut séduire. Mais le bitcoin est aussi limité par ses propres inconvénients.

Celui d’une sécurité limitée d’abord.  Comme partout sur internet, le risque de piratage est bien présent. Au début du mois d’août 2013, une faille de sécurité a d’ailleurs été découverte sur les portefeuilles bitcoin sous Android. Cette faille a entraîné le cambriolage bien réel des portefeuilles de monnaie virtuelle de nombreux internautes. Et ce n’est pas la première attaque dont est victime le réseau. Si bien que les conséquences peuvent être sensibles pour les autres utilisateurs aussi, en cas de perte de confiance et de chute du cours de la monnaie…

Celui de la dévaluation, ensuite. La chute du cours peut être entraînée par une perte de confiance, mais pas uniquement. Et le bitcoin, même virtuel, n’échappe pas aux mêmes risques de crise qu’une monnaie fiduciaire. Spéculation, inflation et dévaluation sont bien des termes à garder en tête. On ne peut donc absolument pas parler de valeur refuge, au contraire de l’or qui garde toujours la même valeur intrinsèque.

La confidentialité et l’anonymat du bitcoin entraînent aussi un effet direct sur sa valeur. Si  des pays comme les Etats-Unis et le Canada suivaient l’exemple de la Thaïlande et interdisaient le bitcoin, c’est tout un système monétaire qui pourrait s’écrouler. Les utilisateurs honnêtes paieraient les pots cassés pour toutes les transactions illégales et les blanchiments d’argent dont est soupçonné l’univers du bitcoin. Et, dans ce cas, il n’y aurait aucune possibilité de recours… Un véritable krach pour la monnaie virtuelle, mais bien sensible dans le monde réel !

Que peut-on acheter avec des bitcoins ?

Sur fond de crise économique majeure, l’installation d’un guichet automatique de bitcoins avait été annoncée en avril à Chrypre. Une inauguration qui suivait logiquement le succès de la monnaie virtuelle en Espagne, tout autant soumise à la crise.

Mais que peut-on donc acheter avec des bitcoins ? La réponse est simple : tout, pourvu que le vendeur accepte cette monnaie. D’abord destinée aux transactions en ligne, la monnaie s’est peu à peu fait une place dans le monde réel. En ligne, c’est par exemple la plateforme WordPress qui accepte désormais le bitcoin. Mais ailleurs, c’est récemment un pub londonien qui a annoncé accepter le règlement avec cette monnaie…

Bitcoin : vraie monnaie virtuelle ou retour dans le giron bancaire ?

La réalité des transactions pose quand même une question d’importance. Quelle est la vraie valeur du bitcoin en cas de crise ? La monnaie peut s’échanger contre des euros et des dollars. Mais elle n’est pas adossée à une réserve d’or tangible. Cela rend encore plus palpable le risque de dévaluation et de perte de valeur.

Enfin, le bitcoin intéresse de plus en plus les Etats et les institutions bancaires. A l’image de l’Allemagne, qui a reconnu le bitcoin pour mieux le taxer, il était question d’une carte de paiement soutenue par une banque. Et, dans ce cas, le bitcoin perdrait son statut de paiement alternatif, hors des circuits bancaires. Avant d’en arriver à ce stade, il est encore temps de convertir les derniers bitcoins à l’or… Et d’opter pour des solutions sûres : l’or  et l’argent.

Bannière pub AuCOFRE

A propos de Jean-François Faure

Jean-François Faure
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

société sans cash : Photo by Jonas Leupe on Unsplash

Une société sans cash mais pas sans monnaie

Le cash est en voie de disparition. Plus les pays sont développés, plus cette évolution …