Aider avec impuissance masculine levitra generique france
Accueil / Revue de web / Revue du web du 29/05 : cours de l’or, Brexit, argent
Marché de l'or Londres
Marché de l'or à Londres

Revue du web du 29/05 : cours de l’or, Brexit, argent


Qui a peur de la baisse du cours de l’or ? Les investisseurs émotifs mais pas les épargnants prudents ! Cette semaine, les cours de l’or ont dévissé en dollar et en euro suite à l’annonce de la FED. Ce qui n’empêche pas l’or d’être soutenu par de nombreux facteurs de crise, ni la Chine et la Russie d’acheter de l’or. Les Anglais aussi achètent de l’or, en vue d’un éventuel Brexit.

Les cours de l’or dévissent

Les investisseurs sont versatiles. La FED annonce la hausse de ses taux directeurs en juin et le dollar revigoré redevient une valeur refuge vers laquelle se ruer. Les investisseurs sont rassurés, le climat d’incertitude s’est envolé, la crise est finie… D’où le désintérêt soudain pour l’or et des ventes massives d’ETFs (or papier) qui en font baisser le cours.

Preuve que les mouvements du marché de l’or peuvent en changer le cours de façon drastique : il peut s’échanger en un jour à Londres plus d’or que tout celui stocké à Fort Knox, soit 4 176$ ! Et un jour de ventes massives, plus de 8 100 tonnes, soit la quantité d’or détenues par les Etats-Unis… C’est exactement 5.500 tonnes d’or qui sont négociées chaque jour à Londres, contre seulement 9 tonnes produites par les mines d’or…

Cette infographie intéressante raconte comment c’est possible : et bien tout simplement parce qu’il n’existe qu’une infime contrepartie physique de l’or négocié sous forme de contrats. Il n’y aurait qu’une once d’or réelle pour 300 contrats vendus.

Pourtant selon Peter Boockvar (chef analyste du groupe Lindsey), le cours de l’or est susceptible d’atteindre 1900$ lors de la prochaine phase haussière. Ce dernier pense que l’or peut atteindre les sommets de 2011 (1911$) et qu’ils peuvent même être dépassés. La baisse du cours de l’or serait donc comme la mer qui se retire avant le tsunami.

La Russie et la Chine achètent de l’or

Une simple dépêche de Reuteurs nous apprend (sans surprise) que la Chine et la Russie, deux des plus grands détenteurs de lingots, ont continué d’augmenter leurs réserves d’or le mois dernier. La Russie a ajouté 16,2 tonnes d’or à ses réserves et la Chine 10,9 tonnes. Deux pays qui veulent sortir de l’hégémonie du dollar et qui tentent d’assurer leurs arrières.

La perspective d’un Brexit stimule la demande en or (UK)

En cas de Brexit, tous les scénario sont possibles, à commencer par celui du bank run, ou panique bancaire. Les gens retirent en masse leurs liquidités aux banques qui n’ont plus de quoi alimenter les retraits massifs. Les retraits sont limités, les guichets fermés, les distributeurs vidés… Un choc économique violent est en tout cas à redouter en cas de sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne. La fermeture commerciale des frontières du pays pourrait le conduire à la récession. Ce climat anxiogène a eu une conséquence très attendue sur les achats d’or physique. Le métal précieux connaît une véritable ruée vers l’or depuis le début de l’année, en dépit de la hausse des cours.

Tendance haussière plausible pour l’argent

Selon IG.com, la tendance haussière de l’argent devrait elle aussi se poursuivre. Cette hausse qui représente 30% du prix de l’argent depuis le début de l’année, est marquée cette semaine par un “retour des opérations d’achats”. L’argent, abordable et bon marché, a profité de la hausse du prix de l’or ces derniers mois.

Bannière pub AuCOFRE

A propos de Jean-François Faure

Jean-François Faure
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

Revue du web du 28 décembre : 2019 année de crise ?

Cette fin d’année est fortement agitée du côté de Wall Street. Difficile de comprendre ce …