La Newsletter
Inscription
Désinscription

 
Catégories

Posts Tagged ‘napoléon’

Or et argent d’investissement : pourquoi choisir des pièces sous scellés ?

Vendredi, novembre 8th, 2013

A la fois réserve de valeur et protection contre une crise et une dévaluation de la monnaie, l’or comme l’argent sont deux métaux plébiscités par les investisseurs. Mais pour rentabiliser cet investissement au cours du temps, il est essentiel de s’assurer de pouvoir entreposer ces valeurs dans les meilleures conditions possibles, afin que les pièces ou les lingots ne se détériorent pas. Garder ses pièces d’or ou d’argent d’investissement sous scellés est un minimum… et les protéger dans un coffre-fort externalisé est encore mieux.

Bien protégées, les pièces gardent leur valeur

Napoléon 20F tête laurée

La Napoléon 20 F tête laurée, une valeur sûre

C’est le premier argument en faveur des pièces sous scellés. La valeur d’une pièce d’or ou d’argent ne dépend pas uniquement de son titre. Mais la prime dépend également de son état, et cela est particulièrement valable pour les pièces en or. Un Napoléon 20 F « fleur de coin » profitera ainsi d’une prime supérieure à une même pièce dans un état très très beau.

Les investisseurs peuvent avoir tendance à négliger cet aspect. La tentation est grande de prendre une pièce dans la main et de la manipuler. Et attention aux chutes, aux chocs et à toutes les rayures ! A la revente, la surprise pourrait être grande, surtout face à des professionnels qui seront intraitables sur la qualité de la pièce. C’est pour cette raison qu’il est conseillé d’acheter les pièces sous scellés, et de les conserver protégées. Le risque est encore plus fort pour les pièces d’argent, qui ont tendance à se corroder à l’air libre. Enfin, un emballage en plastique est à privilégier par rapport au carton : il protège mieux de l’humidité et de la chaleur, également facteurs d’oxydation.

Sous scellés, les pièces n’ont pas besoin d’être nettoyées

Les rayures et les chocs peuvent faire perdre de la valeur à une pièce, et c’est également le cas de la saleté. Des traces de poussière incrustées dans les gravures par exemple entraînent une diminution de la prime. Et pour autant, il n’est pas conseillé de nettoyer les pièces : cela peut altérer la surface, émousser le relief et gommer des détails. Tous les produits astringents sont donc évidemment à proscrire. Et même un nettoyage scrupuleux avec un savon neutre et une brosse à dents risque d’enlever de l’or ou de l’argent sur une pièce. C’est d’ailleurs un aspect à vérifier au moment de l’achat d’une pièce : dans le cas où elle semble trop brillante, ou que ses détails semblent estompés, cela peut être le signe d’une pièce nettoyée avec des produits ou des instruments abrasifs. Dans ce cas, le test de la pesée est un passage obligé, pour vérifier que la pièce n’a pas perdu quelques milligrammes d’or ou d’argent au passage.

Stocker son or ou son argent… et penser sécurité

Une once d'or pour la Maple Leaf canadienne

Un autre paramètre doit être gardé à l’esprit : celui de la sécurité des pièces, qu’elles soient d’or ou d’argent… et celui de leur stockage. D’abord, garder son or chez soi est synonyme de risques : le nombre de cambriolages est en hausse, et cela concerne aussi directement les valeurs gardées chez soi. Un collectionneur peut ainsi faire le choix de garder une pièce en or ou quelques pièces en argent chez lui sans beaucoup de risques, mais plus la valeur augmente, plus le risque est grand.
Et si vous avez fait le choix d’investir également dans l’argent, attention à la place que pourraient prendre toutes ces valeurs ! Pour la même valeur, il faut compter bien plus de pièces en argent que de pièces d’or. Pour une Maple Leaf d’une once d’or, il faut compter pratiquement 50 Maple Leaf en argent. Encore faut-il savoir où les entreposer !

Quels avantages pour un coffre-fort externalisé ?

Garder son or dans un coffre-fort externalisé ? C’est l’une des possibilités qui est la plus intéressante pour l’or et l’argent d’investissement. Pour deux raisons majeures : la sécurité, et la fiscalité.
AuCoffre.com propose une solution de coffre-fort externalisé à l’étranger. Par rapport à un service qui peut encore exister – mais de plus en plus rarement – dans des banques françaises, les avantages sont nombreux. Les coffres-forts sont particulièrement sécurisés, à l’image de la sécurité qui est la règle dans les ports francs de Genève. Les données concernant un compte peuvent être transmises à un proche en cas d’accident ou de décès. Enfin, en cas de crise majeure ou de besoin personnel, il est possible de transformer cet or en valeur. Sans courir le risque que l’Etat ne s’en empare, comme ça a pu être le cas à Chypre il y a quelques mois ! Une enquête IFOP réalisée pour AuCoffre.com le montrait d’ailleurs : la Suisse est jugée comme l’endroit le plus sûr pour protéger de l’or par 79 % des Français. Et cela inclut aussi une protection contre les faillites bancaires ou le risque de saisie par l’Etat !

Se tourner vers une fiscalité avantageuse !

Opter pour un coffre-fort en dehors du sol européen a aussi un atout majeur : la fiscalité. Dans les ports francs de Genève par exemple, en dehors des frontières de l’Europe, les valeurs ne sont pas soumises aux droits de douane ou à la TVA. Dans le cas des lingots et des pièces d’or, c’est le régime de droit commun qui s’applique, avec une taxe exonérée au bout de 12 ans. Et cela vaut le coup de se pencher sur la fiscalité de l’or !

Enfin, l’économie est notable dès les premiers mois : pour louer un coffre en France dans un établissement bancaire, il faut compter 7,5 € en moyenne par moi, en ajoutant l’assurance et à condition de trouver un coffre disponible. Chez AuCoffre.com, les frais de location tournent autour de 3 € par mois selon le pays de stockage, ou peuvent être gratuits dans certains cas. Les coffres sont assurés en fonction de la valeur de ce qu’ils contiennent.

Quand la prime est faible, on achète !

Lundi, octobre 22nd, 2012

Quand une prime est faible et proche de zéro, cela veut dire que son prix est proche de son poids en or. En ce moment, beaucoup de pièces se négocient à un prix très intéressant, malgré la hausse du cours de l’or. L’avantage de cette faible prime? Le potentiel de hausse des primes en période de crise, notamment sur les Napoléons 20F.

« Vaut-il mieux acheter un Napoléon 20F dont la prime est à 8% ou un Souverain dont la prime est à 6% ? », nous demande-t-on souvent ? Il ne faut pas seulement regarder la prime de la pièce mais aussi le différentiel de la prime de la pièce. Il s’agit de la différence entre la prime de fond et la prime la plus haute observée. La prime de fond est la prime normale observée en dehors des crises.

Pour info, la prime de fond du Napoléon est quasiment nulle voire négative en temps de crise.

Le différentiel de prime indique quel est le potentiel que représente la prime comme effet de levier dans le cadre de l’achat de pièces d’or.

Pour le napoléon 20F, le différentiel de prime tourne autour de 30% depuis quelques années. La pièce dont la prime avoisine actuellement les 7% dispose donc d’une très belle marge de progression.

En cas de crise, le potentiel de hausse de la prime du Napoléon 20F est élevé : elle avait atteint 50% en octobre 2008 (avec un pic observé à 65%) et 20% en août 2011.
C’est clairement le bon moment d’acheter des Napoléon 20F !

Arnaqué aux pièces d’or ou les premiers pas d’un débutant

Mercredi, juin 20th, 2012

C’est l’histoire hélas trop banale d’une personne qui, prudente et soucieuse de vouloir préserver ses économies a fait le sage choix de les placer dans l’or. Moins sage en revanche sur le choix des vendeurs !

Cette expérience traduit le manque d’informations sur les endroits, les personnes, les organismes, les sociétés auprès de qui on peut acheter de l’or en toute sécurité. Choisissez bien votre allié avant de vous lancer. Cette personne raconte sur plusieurs sites, forums et blogs comment elle s’est faite arnaquée et a perdu les deux tiers de son épargne qu’elle souhaitait sécuriser dans l’or.

Peut-être un « fake » mais riche en enseignements
« Comment acheter de l’or sans risquer de me faire avoir, car je n’y connaissais rien du tout », se demande la victime. Même si ce témoignage est « trop beau pour être vrai »  (nous nous excusons par avance auprès des vraies victimes d’arnaques), nous ne pouvons qu’abonder dans le sens de la sagesse et du bon sens.

Oui ce témoignage ressemble fort à un plaidoyer en faveur des officines de vente et d’achat d’or, le récit est trop bien étayé pour être honnête et le néophyte qui reconnaissait en toute humilité de « rien y connaître » nous en apprend beaucoup au final. Oui, des Napoléons 20F fourrés au tungstène ça nous paraît louche, mais les leçons à tirer d’une telle histoire ne sont pas dénuées de sens pour autant.

Ne pas confondre vitesse et précipitation !
« Le phénomène (d’inquiétude lié à la crise) a été renforcé par la blogosphère où certains blogueurs hyperactifs ont attisé les braises sous le vent de la crise », écrit Robin H. Voilà, nous tenons les vrais coupables : les blogueurs anxiogènes qui poussent les gens à acheter vite de l’or, quitte à se faire arnaquer ! Parce que le commun des mortels est un idiot qui ne prend pas la peine de se renseigner et qui ne calcule pas les risques de se faire spolier son patrimoine… C’est du même niveau que l’apprenti boursicoteur qui, alléché par les promesses de gains des marchés, se lance dans l’aventure sans aucune précaution.

Prendre des précautions ne veut pas dire « lire sur le sujet », c’est demander conseil à des professionnels en premier lieu, et plusieurs de préférence.

L’inquiétude ne doit pas faire naître la précipitation. Il faut toujours prendre le temps de bien se renseigner, de comparer les prix, de consulter les cotations sérieuses de l’or, de téléphoner à un conseiller pour lui demander son avis et bien sûr, acheter ses pièces d’or auprès d’établissements réputés, qu’il s’agisse de numismates, de banques ou de grandes enseignes en ligne. Et bien sûr éviter ce que la « victime » dénonce : le « marché parallèle » (la vente de pièces d’or de particulier à particulier).

Lire le témoignage en entier

Sur Rue89

Les pièces d’or ont la cote

Lundi, avril 16th, 2012

On ne cite plus la pluie d’articles sur l’or depuis plus d’un an, mais on s’arrête un peu sur le dossier de l’Internaute sur l’or qui plébiscite Louis d’or, Napoléons et lingots. Le webzine a tout compris à l’or physique…

Une tendance corroborée par un récent article de nos confrères des Echos qui tablent sur le pic qu’atteindra le cours de l’or en 2013. Le président de la Gold Fields Mineral Services pense que l’or pourrait atteindre les 2000$ l’an prochain « avant de se tasser à mesure que les politiques monétaires des principales économies du monde reviendront à la normale ». Une prévision qui nous paraît bien optimiste car de notre point de vue, les politiques monétaires des puissances économiques mondiales ne sont pas prêtes de se stabiliser. Le cours de l’or ne sera hélas que le reflet de cette instabilité. Le pic des 2000$ nous paraît légèrement sous-estimé.

Le dossier de l’Internaute magazine met en avant l’or physique, sans tomber dans les habituels clichés. Prix des pièces, calcul de la prime, placement sécuritaire… L’Internaute a bien compris l’intérêt de l’or physique et en particulier des pièces d’or, ce qui est assez rare de la part d’un webzine grand public pour le souligner. Dommage que le dossier ne mentionne pas la cotation d’AuCOFFRE.com qui reprend un niveau de détail jamais égalé auparavant sur internet, jusqu’à l’atelier de frappe.

La Monnaie de Paris édite un grand « Euro » grec avec une pièce de 1000 euros en or

Mardi, mars 20th, 2012

La Monnaie de Paris mettra en vente du 23 mars au 21 avril une nouvelle pièce de collection. Il s’agit d’une pièce d’or de 1000 euros tirés à 10 000 exemplaires. Une pièce à réserver aux collectionneurs aisés (au vu du prix).

La pièce arbore une représentation du héros grec Hercule entouré de deux figures féminines incarnant la liberté et la fraternité sur son avers. Il s’agit d’une réédition de l’Hercule du graveur phare de la fin du 18e et du début du 19e siècle Augustin Dupré. La figure mythologique était présente sur les pièces de 5 Francs argent.

Au niveau des caractéristiques, la médaille de 39mm de diamètre pèse 20g et est constituée à 999% d’or.

La grande sœur de cette pièce, à savoir une pièce de 5000€ en or, paraitra pour Noël 2012 selon la Monnaie de Paris. Il s’agit là uniquement d’objets à destination des collectionneurs et qui ne représentent pas d’intérêt en termes d’épargne : c’est une monnaie de collection qui reste et restera dans le temporel et « l’événementiel ». L’investissement pour ce genre de pièces n’est pas réellement intéressant, celles-ci sont vendues avec une prime importante et connaissent rapidement une décote conséquente.

Personnellement chez loretlargent.info on préfère le placement et la sécurité qu’offre un Napoléon à la figure numismatique et mythologique que propose Hercule…

Fiche pays : les Français et l’or

Mercredi, février 8th, 2012
Napoléon or 100 Francs

Napoléon or 100 Francs

Nous inaugurons un petit tour du monde des pays et l’or. Dans cette première fiche, nous aborderons les rapports qu’entretient la France avec le métal jaune, comment celui-ci en a ponctué l’histoire et quelques chiffres sur l’or détenu dans nos coffres.

L’or de la France en chiffres
En Janvier 2012, la France est le 5e pays à détenir la plus importante quantité d’or mondiale avec 2,435.4 tonnes. Avec la crise, c’est l’Europe toute entière qui a manifesté une forte demande en or avec 30% de la demande en lingots et pièces en or (ce qui a propulsé la croissance de la demande en or à 135% en Europe en 2011).

Les rapports des Français avec l’or
La plus forte croissance de cette demande a été observée en France avec une demande approchant les 4,9 tonnes au dernier trimestre 2011 contre 3 tonnes à la même période en 2010. Ce qui témoigne et de l’appétence des Français en matière d’or, de leur confiance dans ce produit et d’une peur face à la crise de la dette souveraine dans la zone euro. L’or est perçu par les Français comme une valeur refuge qui peut les protéger contre le ciel qui pourrait leur tomber sur la tête.

L’histoire a tissé des liens très étroits entre les Français et l’or. Les pièces en or ont été l’occasion pour les nombreux souverains successifs de marquer leur règne en les frappant à leur effigie. De la Gaule à notre époque, les pièces d’or françaises sont le témoin d’un passé historique riche et glorieux.

L’histoire des pièces d’or en France
Au 7e siècle, Saint Eloi, patron des orfèvres, frappa la première monnaie d’or royale sous le règne du roi Dagobert. Un siècle plus tard, le denier d’or fut frappé sous Pépin le Bref et le solidus sous Louis le Pieux, roi des Francs au début du 9e siècle, avant que la monnaie d’or disparaisse de la circulation pendant 3 à 4 siècles.

Il faudra attendre la seconde moitié du 12e siècle, sous le règne de saint Louis pour voir apparaître l’écu d’or en 1266. Mais la première monnaie d’or frappée en quantité importante fut l’agnel d’or sous Philippe le Bel, en  1311. En 1549, le roi Henri II fut le premier souverain dont le portrait figurer sur une monnaie d’or (le henri d’or). Le 17e siècle verra émerger la série des louis d’or avec le règle de Louis XIII, avec une profusion de séries sous Louis XV. Les premières monnaies d’or napoléoniennes furent des pièces de 20 francs et 40 francs, avec les Français entretiennent une véritable histoire d’amour. Ce sont des pièces d’or d’investissement par excellence.

Depuis la crise des subprimes en 2008, les Français sont devenus plus acheteurs que vendeurs d’or, délaissant les assurances-vie et l’immobilier, leurs placements habituels préférés.

Les meilleures pièces d’or de placement

Lundi, octobre 31st, 2011
NAPOLEON 50F Napoléon III Tête nue 1858

NAPOLEON 50 Francs Napoléon III Tête nue 1858

Le sommet de la zone euro n’a pas suffi à rassurer ni les marchés, ni les particuliers soucieux de leur épargne. Les banques, ces traitresses à l’origine de la crise de la dette souveraine actuelle, n’inspirent plus confiance et leurs produits bancaires de moins en moins. Quand on veut placer une partie de son patrimoine, de son salaire, il faut toujours étudier le risque de contrepartie. Dans l’or physique, il est de zéro. Pièces de placement ou pièces d’investissement, loretlargent.info vous guide dans le choix des meilleures solutions et vous dit tout ce qu’il faut savoir sur le placement dans les pièces d’or.

1. Pourquoi le placement dans l’or ?

Il y a plusieurs choses à savoir quand on commence à s’intéresser à l’or en tant que produit d’épargne. Si l’on y va à l’aveuglette, malgré toute notre sagesse et notre bonne volonté, on peut tomber dans les pièges grossiers qui consistent à nous faire prendre des vessies pour des lanternes en or. Mieux vaut suivre l’avis d’experts, de personnes du métier.

Tout d’abord, contrairement à ce que votre banquier vous dira, de tous les produits d’épargne proposés actuellement, l’or est celui qui résiste aussi bien à l’inflation qu’à la déflation. L’or est également le seul actif qui, selon l’économiste Antal Fekete (in « Le Retour au standard or »), « protège l’individu contre les mesures arbitraires du gouvernement en offrant une protection contre les taxations confiscatoires, la dépréciation monétaire et la dévaluation ».

2. Oubliez les autres produits d’épargne

Concernant les autres produits d’épargne, vous pouvez tout de suite tirer un trait sur tous ceux qui comportent des actifs dynamique. Leur volatilité n’est plus à prouver. De plus, vous n’avez aucune garantie de retrouver l’intégralité de votre capital investi et les chances de gains sont en ce moment aussi nulles que de gagner qu’au Loto (et moins en plus).

Vus les taux d’intérêt excessivement bas des livrets et les risques « d’impérennité » de ceux-ci, quitte à ce que votre capital ne vous rapporte rien ou quitte à ce qu’il soit honteusement taxé par l’Etat, ne vaut-il mieux pas déplacer cet argent dans de l’or physique ?

Quant aux comptes à terme, ils sont bloqués pendant une période déterminée, donc peu intéressants en termes de liquidités. Enfin oubliez les bons de caisse, les fonds à capital protégé, les fonds en euros, les assurances vie et autres obligations d’état… qui ne contiennent que de dangereuses promesses d’enrichissement, ne sont pas garantis et dont le risque de faillite de l’émetteur est quand même bien réel, surtout en ce moment.

3. De l’or oui, mais sous quelle forme ?

•    En espèces sonnantes
Acheter de l’or sous forme d’actions ? De l’or papier ? Comme d’autres titres virtuels, il finira brûlé au bucher des vanités ou dévoré par les mites. Non, nous vous parlons d’or physique, d’espèces sonnantes et trébuchantes. L’or papier est trop sujet à la volatilité du marché, à la manipulation, trop dépendant des conditions géopolitiques

Léonard Sartoni, spécialiste de l’or explique pourquoi les pièces d’or restent le meilleur placement pour l’épargnant. « Pour le petit épargnant désirant investir dans l’or physique, les pièces représentent le meilleur placement possible car elles peuvent plus facilement fractionner le capital à investir qu’une barre de 10kg, ou même un lingot de 1kg. Ensuite, dans un puissant marché haussier de long terme sur l’or, les pièces peuvent devenir de plus en plus difficiles à trouver (plus d’acheteurs que de vendeurs), donc se vendre beaucoup plus chères que la valeur de l’or qu’elles contiennent. En 1980, la prime sur le Napoléon de 20Fr atteignait 100%, signifiant que leNnapoléon valait deux fois plus cher que la valeur de son poids d’or. (Extrait du livre : 2008-2015 – « Pourquoi l’or va battre la performance des actions et des obligations et comment vous pouvez en profiter » – Editions Edouard Valys).

•    Laissez voler le cours papier…
La volatilité du cours de l’or ne correspond pas au prix auquel est négocié l’or physique. « Les ETF (certificats gagés sur l’or) reposent à 5% seulement sur de l’or physique ! Et nous détenons cette information de la part du plus haut responsable d’une société de fabrication de lingot », nous confie le président d’AuCOFFRE.com. « Le cours de l’or papier est donc basé sur quelque chose qui n’existe pas, celui-ci parasite le cours réel de l’or physique, des échanges de gré à gré. L’or est sous-évalué, tiré à la baisse par l’or papier lui-même happé par l’appétence des investisseurs dans l’or ».

•    De la prime…
On ne peut pas parler des pièces d’or sans évoquer la prime. Qui veut placer une partie de son argent dans l’or physique doit forcément savoir de quoi il s’agit. Elle est exprimée en pourcentage, c’est le différentiel entre la valeur spot de la pièce (le prix de son poids en or) et son prix négocié. Si son poids ne varie que très peu avec l’usure, le prix auquel la pièce est négociée lui dépend de quelques paramètres dont l’offre et la demande et l’état de la pièce.

L’avis du numismate
Interrogé à ce sujet, un numismate réputé des allées Tourny à Bordeaux ne cache pas son scepticisme quant à la façon dont est calculée cette fameuse prime. S’il reconnaît son existence, il met en doute le système monopolistique de la cotation de l’or établie par CPoR et la façon quelque peu arbitraire dont ils fixent le taux de la prime. « Ce que j’aime dans l’or, c’est que c’est physique, c’est réel, c’est un produit simple. Mais il a fallu qu’on rende les choses compliquées avec cette histoire de prime, la prime elle, je ne l’aime pas ». « Le marché de la prime a été créé alors qu’il n’existait pas, on l’a remise sur le marché un peu avant 2009, dès qu’il y a eu de la demande, alors que dans les années 80, elle avait baissé au point d’être négative ».

« Le pire, c’est d’appliquer une prime sur des pièces neuves auxquelles on invente des petits défauts. Personnellement, je vends des monnaies en poids de l’or, je vends de la prime quand il y en a, quand c’est justifié, mais quand il n’y en a pas, je ne vends pas la pièce d’or avec la prime. Comme il n’y a actuellement aucune autorité qui régule le marché de l’or, le cours de l’or comme celui des primes manque quelque peu d’objectivité ».

Toujours est-il que cette prime existe bel et bien et que l’épargnant doit faire avec. Si elle ne paraît pas justifiée sur certaines pièces, elle l’est pour d’autres. Plus une pièce est demandée, plus sa prime et son prix vont augmenter (ceux-ci n’ont généralement pas de rapport avec le cours de l’or qui est de l’or de bourse, de l’or papier). Une prime peut s’envoler car elle est très demandée.
D’autre part, la prime est en effet de levier intéressant si l’on souhaite acheter de l’or à des fins spéculatives. La prime du Napoléon, la pièce la plus demandée actuellement, va d’ailleurs sans doute exploser d’ici la fin de l’année.

•    Pièces de placement ou d’investissement ?
La démarche n’est pas tout à fait la même : l’achat de pièces à des fins de spéculation n’est pas le même que l’achat de pièces à des fins de placement.
Si l’on achète des pièces d’or afin de réaliser une plus-value, on peut faire jouer l’effet de levier de la prime et revendre par exemple ses Krugerrands à un moment où ils sont très demandés. Par contre, échanger de l’or contre de la monnaie papier, c’est une pure hérésie pour les contrariens que nous sommes. A moins d’avoir besoin de liquidité sur le champ, le but de l’or n’est pas de finir échangés contre de simples confettis. Pour nous, l’achat de pièces d’or est avant tout sécuritaire.

Jean-François Faure, Président d’AuCOFFRE.com, nous parle des pièces boursables et des pièces de placement. « Avec toute la communication qu’il y a sur l’or actuellement, il y a une évolution du marché. Les gens se rendent compte qu’il y a des choses intéressantes en placement or ».

« Par exemple, avant, une Marianne Coq 1899, malgré toutes ses qualités, n’était pas demandée car pas considérée comme boursable. Mais les esprits changent, les mentalités évoluent, les gens, qui font le marché, sont mieux renseignés. La 100 Francs Napoléon tête laurée est quasiment une pièce de collection, car il n’en existe que 19 000 exemplaires en circulation, c’est une véritable couverture contre les fluctuations de l’or. Les pièces numismatiques sont des produits or de placement, non boursables ».

4.  Les bonnes et les mauvaises pièces

•    En or, il n’y a pas de mauvaises pièces mais il y a des valeurs sûres sur lesquelles on peut compter quelle que soit l’époque. Les grands classiques des pièces d’or de placement sont d’abord françaises bien évidemment : Napoléons 5, 10, 20 ou 40 francs. La pièce de 50 francs Napoléon tête laurée ou tête nue sont intéressantes car quand elles sont de bonne qualité, elles sont plus facilement manipulables, mais aussi de plus en plus rares et deviennent de plus en plus des objets de placement.

Les autres grands classiques indémodables sont les Souverains, Pesos et Krugerrands.
Parmi les dernières nées d’AuCoffre.com, la Vera Valor est née pour être boursable avec une cotation, des fluctuations et des caractéristiques qui lui sont propres.

Les Eagles, Panda Nuggets et autres Mapple Leafs sont des pièces boursables, mais de fait. La cotation établie par CPoR – qui tient actuellement de standard faute d’autorité régulatrice du marché de l’or en France – est subjective car elle n’est représentative que de leur marché.

•    Enfin il y a des pièces dans lesquelles il vaut mieux éviter de placer son argent : « les médailles avec valeur faciale » telles que les pièces régionales et toutes les séries limitées, les éditions spéciales… généralement, ces pièces sont survendues à la base avec une prime conséquente, plus cher donc que leur valeur spot. Sauf qu’elles ont la fâcheuse tendance à se démoder très vite et sont très faciles à copier. En quelques années, ces pièces peuvent vite perdre de leur valeur, ne sont donc pas de bonnes pièces de placement à moyen et à long terme. Ce n’est pas avec ce genre de pièce que l’on sécurise son patrimoine, ni avec des bijoux en or !

Numismatique et pièces d’or rares : un marché sans foi ni loi ?

Lundi, avril 19th, 2010

Le métier de numismate a bien évolué depuis ces 30 dernières années. Les amoureux des belles pièces d’or rares ont laissé la place à des investisseurs amateurs de placements.

Pierre-Yves Lathoumetie* distingue le collectionneur « humaniste » du spéculateur. Le premier peut réaliser quelques placements honnêtes tout en s’adonnant à sa passion des pièces de monnaie rares en or, en bronze ou en argent. Le deuxième court à sa perte s’il ne s’intéresse pas à la vraie valeur historique des pièces.


Pourquoi consulter un numismate ?
L’un ou l’autre profil ont de toute façon besoin d’un expert : le numismate, qui pourra aussi bien les éclairer bien sur le prix que sur l’histoire d’une pièce d’or.
Consulter un numismate et avoir confiance en lui ne dispense ni le collectionneur, ni le spéculateur, de comparer les prix et de se renseigner par ailleurs.

Voilà en gros ce qui attend celui qui désire se lancer dans la numismatique. On vous aura prévenu ! Experts et néophytes risquent d’être peu ou prou désorientés par un marché qui a bien changé en 30 ans et qui comporte bien des fluctuations et des incertitudes.

Un marché sans règles
Il faut le savoir, aucune règle ne régit le marché des pièces rares. Le prix d’une pièce peut varier à l’extrême dans une même catégorie, d’un pays à l’autre, en fonction de la demande… : il n’existe pas de prix unique. Deux pièces identiques peuvent même avoir deux cotes différentes dans le même présentoir. Tout cela pour dire à quel point le marché des pièces rares manque d’unité, comme celui des lingots ou des pièces cotées. Ces bouleversements ne sont bien sûr pas sans conséquences sur la profession de numismate.

Numismatique : les dérives d’un marché d’art
Depuis une trentaine d’années, on assiste à une sorte de marchandage entre offreurs et demandeurs où n’importe quel prix est possible, dans une fourchette plus ou moins large. Nous sommes également en présence d’un marché extrêmement sensible où le moindre événement peut faire grimper en flèche le prix de certaines pièces : vente publique, découverte archéologique…
De collectionneur, le numismate est alors devenu spéculateur, la plupart du temps ignorant tout du passé de la pièce, de l’art, de l’archéologie.

Les conséquences sont diverses
- les pièces « parfaites » sont recherchées, pour la prime et parce que les pièces abîmées perdent de leur charme. On assiste ainsi à des aberrations avec des pièces rarissimes vendues à des prix dérisoires et des pièces courantes vendues à prix d’or car elles sont intactes.
- les investisseurs se ruent sur les pièces d’or faciles à reconnaître (des pièces récentes, des XIXe et XXe siècles) dont le cours monte vite, au détriment de pièces plus rares qui n’ont pas la faveur du public.
- le prix d’une même pièce peut varier d’un pays à l’autre, car la demande n’est pas la même (on privilégie généralement les pièces « nationales » dans son propre pays).

En conclusion, on retiendra que le marché des pièces rares n’a rien à voir avec celui des pièces, plus courantes, réservées à la spéculation. Mais comme pour les œuvres d’art majeures ou les grands crus, ce sont les pièces de monnaie vraiment rares qui constituent le meilleur placement du long terme, car une pièce rare le reste ad vitam et ne se déprécie jamais !

Vous lirez avec intérêt : Les pièces de monnaie d’or et d’argent. D’abord un objet avec du sens.

Avers de la 100 Francs Bazor 1935. Pièce d'or rare car largement refondue en 1936.

Source : L’Or, Erik Chanel

*In « Avers et revers de la numismatique », 1973

Pourquoi la prime est-elle élevée sur la pièce de 5 Francs or Napoléon ?

Lundi, avril 12th, 2010

Avers de la 5 Francs Napoléon petit module. Une pièce rare même dans un état moyen. Sa prime est donc très élevée.

Un internaute nous contacte car il constate une forte prime sur la pièce de 5 Francs or. 65€ lui ont été proposés pour cette pièce. Or d’après le poids de l’or en gramme de la pièce, celle-ci reviendrait à 41€ hors prime, ce qui représente une prime de 60%. Pourquoi une prime aussi élevée sur la pièce de 5 Francs or ?

Comme l’explique le guide sur la prime des pièces d’or, la prime d’une pièce dépend essentiellement de l’offre et de la demande. Plus une pièce est demandée, plus la prime sera élevée.

Dans le cas de la pièce de 5 Francs or, le petit format de la pièce entre aussi en ligne de compte. Plus une pièce est petite et compliquée à réaliser, plus la prime est élevée.
Par exemple, les petites pièces Napoléons 10F ont une prime plus élevée que les pièces Napoléon 20F, plus imposantes (et plus faciles à fabriquer). Et la pièce de 5 Francs en or est effectivement difficile à reproduire, mais ce n’est pas l’unique raison pour laquelle sa prime est aussi élevée.

L’état de la pièce d’or http://www.loretlargent.info/or/de-la-qualite-des-pieces-dor-dediees-a-linvestissement/1156/ compte aussi bien sûr, mais ce qui joue dans la prime élevée de la pièce en or de 5 Francs, c’est sa rareté numismatique.

En fait, il est de plus en plus difficile de trouver des pièces de ce type dans une qualité acceptable. D’autre part, comme la pièce de 5 Francs or n’est pas cotée, elle ne subit pas la manipulation des cours et se retrouve vraiment face à sa valeur réelle, c’est-à-dire celle de l’offre et la demande. La valeur de la pièce 5 Francs or relève donc plus du domaine de la numismatique.

De telles pièces ne peuvent que devenir de plus en plus rares et la prime ne pourra que s’apprécier dans le temps.

D’autres pièces bénéficient d’une prime très élevées, comme l’actuelle pièce de 100 euros en or, ou celle de 500 euros en or. Ce genre de pièce, facile à copier, risque de voir sa prime devenir nulle avec le temps ! Il vaut mieux acheter et investir dans des pièces d’or de type Napoléon 5, 10, 40, 50 et 100 Francs avec leurs primes actuelles, car elles sont clairement de bonnes affaires sur le moyen et le long terme.

When is a good time to buy gold?

Mercredi, mars 31st, 2010

If you search the web for information on when and how to buy gold and in what format you will get a wealth of advice on both the indicators and how to get the best return on your investment.  You may also see warnings from fake coins, tungsten in gold bars to loss of value on resale as dealers take there cut.  More of this later as there are certainly pitfalls that are easily avoided.

You may be driven to gloom and despair when you come across many hypotheses on the dangers of Fiat currency, whereby central banks are printing money and devaluing currencies be that USD, GBP or the Euro. You will certainly not be comforted by articles on Sovereign Debt….. LIRE LA SUITE SUR BLOG ANGLAIS, GOLDCOIN.ORG

Frappe des pièces d’or de la Monnaie de Paris – 1795-1914

Jeudi, février 4th, 2010

Le nombre de pièces d’or est exprimé en milliers.

De Litra

Valeurs des pièces d’or courantes durant la Seconde Guerre mondiale

Jeudi, février 4th, 2010

Evolution du cours des Napoléons 20F, des Souverains et d’un kilo d’or durant la Seconde Guerre Mondiale et l’immédiate après guerre.

ANNEE
DATE
NAPOLEON 20F
SOUVERAIN
1 KILO D’OR
1939
septembre
274.49 francs
(pas de prime)
346.16 francs
47 608 francs
1940
fin juin
825 francs
1000 francs
1940
31 décembre
1400 francs
1800 francs
1941
mi-septembre
1500 francs
(39% de prime)
1900 francs
185 000 francs
1942
9 novembre
4950 francs
5950 francs
1943
3 août
2075 francs
2475 francs
1944
20 janvier
3000 francs
(22% de prime)
3650 francs
425 000 francs
1944
4 août
4000 francs
4975 francs
1945
28 mai
4950 francs
(42% de prime)
5725 francs
600 000 francs
1945
2 août
3812 francs
4587 francs
1946
2 mai
6631 francs
7750 francs
1947
28 mai
2600 francs
2837 francs
1947
24 novembre
3650 francs
(36% de prime)
4250 francs
460 000 francs
1948
31 janvier
3500 francs
4300 francs
1950
26 juillet
4250 francs
(24% de prime)
590 000 francs

De Litra

Le braquage d’or, corollaire de la hausse du cours du métal précieux.

Jeudi, janvier 28th, 2010

Pas une semaine sans que l’on ne parle d’un braquage de pièces d’or ou de lingots. Les braqueurs liraient-ils la presse économique ? En effet, même si le cours de l’once d’or se retrouve en ce moment dans une phase de consolidation, la récente hausse du métal précieux n’a échappé à personne, surtout pas aux voleurs qui veulent  également « investir » dans le tangible. 

Les voleurs ne s’y trompent pas et savent que voler une banque est devenu aujourd’hui presque impossible. Dérober les économies d’un particulier c’est tellement plus simple et tout particulièrement l’or. En effet il possède le suprême avantage de devenir anonyme dès qu’il est fondu, sans perdre de valeur. C’est, par exemple, plus difficile avec les diamants qu’il faut retailler.

Dans le milieu du banditisme les informations circulent vite et n’importe qui peu devenir un indicateur volontaire ou involontaire : un(e) employé(e) de maison, le salarié d’une entreprise, une femme (un homme) qui parle un peu trop à ses ami(e)s, voire des enfants qui discutent dans la cour d’une école.

Deux modes opératoires:

- L’effraction simple:  le voleur rentre, trouvent la cachette ( ils sait déjà où elle se trouve),  fracture le coffre s’il y a  et repart avec le butin. Tout doit être réglé en moins de cinq minutes.

- Plutôt que de perdre du temps  à ouvrir des coffres qui sont de plus en plus compliqués,  certain emploie  une méthode traumatisante qui consiste à prendre en otage une personne  de la famille pour forcer une deuxième à ouvrir le coffre.

L’alarme « gentillette » pour laquelle vous avez souscrit un contrat ne sera d’aucune utilité car les interventions des agents de sécurité s’opèrent en moyenne en 30 minutes. Les braqueurs sont déjà loin et vous sur le carreau…. 

Publicité Groupama - Cet idiot ne retrouve plus ses économies enterrées dans le jardin

Sur les forums dédiés à l’or on trouve de nombreux partisans de « l’or planqué au fond du jardin ». Même si son côté romanesque la rend sympathique, grave erreur!

En effet, si vous ne parlez pas de votre cachette vous courez le risque qu’à votre  décés, personne de votre entourage ne soit au courant. Vous ferez le bonheur d’ un jardinier, d’un maçon, d’un plombier ou bien d’enfants qui trouveront votre trésor. 

Et je ne parle  pas du risque stupide que vous ayez vous même oublié  votre cachette et que vous vous retrouviez, tel le « malheureux » de la publicité Groupama, à transformer votre jardin en gruyère pour remettre la main sur vos économies. 

La solution serait alors d’en parler à une personne de confiance.  C’est déjà une personne de trop. Lors d’une conversation entre ami(e)s le:   »On a un peu d’or caché à la maison, en cas de coup dur »  dans la bouche de cet ami(e) deviendra « Nos voisins ont de l’or chez eux » en parlant à une troisième personne, etc. Jusqu’au dernier maillon de la chaîne que vous retrouverez un jour en train de vous ligoter devant la cheminée et à vous menacer avec le tisonnier pour vous demander le code du coffre… 

Bref : pas de pièces d’or et de lingots à la maison. 

Alors quelle solution ? L’idéal est de garder son or dans un coffre bancaire, soit en son nom propre , soit par le biais d’une société qui  garde votre or en banque  dans des coffres mutualisés et assurés sur leur valeur, comme par exemple  Bullionvault pour les lingots ou bien AuCOFFRE.com pour les pièces d’or

Si vous avez votre propre coffre en banque, assurez-vous que le guichetier demande votre carte d’identité (à moins qu’il ne vous connaisse bien). L’intérêt des coffres bancaires c’est qu’ils sont assurés, que tout est consigné (vos passages) et filmé (sauf dans la salle des coffres évidemment). 

Quand à l’intérêt de passer par une société qui gère votre garde c’est de pouvoir à tout instant remettre en vente votre or, sans avoir à vous déplacer. Acheter et vendre des pièces d’or depuis son canapé… 

Coupure de presse à propos de braquages d’or récents: 

- Vol d’or : Braqueurs « bien renseignés » (LEFIGARO.FR) 

- Carmaux. Le menuisier avait craqué devant les pièces d’or. (LADEPECHE.FR) 

- Un gang aurait volé des lingots d’or à des retraités. (LEFIGARO.FR) 

- 500 000 euros de lingots volés chez un héritier Peugeot (LEPARISIEN.FR) 

- Des pièces d’or dérobées à un septuagénaire (La Nouvelle République)

Jeune et amateur de pièces d’or

Mercredi, janvier 13th, 2010

Les personnes mal renseignées pensent qu’acheter des pièces d’or est une affaire concernant les gens ayant connu la Seconde Guerre Mondiale. Ce n’est pas totalement faux dans le sens où ceux qui ont vécu les privations de liberté et de confort savent que l’or, et plus particulièrement les pièces d’or, sont un formidable outil de protection contre les crises depuis environ 6000 ans. Il n’existe pas de raison que cela soit différent aujourd’hui.

En 1939 un napoléon 20F se négociait 300 Francs, grimpant à plus de 5000 en 1945. C’était alors la seule valeur permettant de conserver intact son patrimoine pour ceux qui avait su en acheter au bon moment et de la meilleure manière. Evidemment ce n’était pas en 1944 qu’il fallait acheter mais anticiper et se placer dès 1933 lorsque tous les signaux indiquaient que des choses graves se profilaient à l’horizon. Les libres penseurs prévoyaient dès cette époque que tout pouvait exploser. Seuls les politiques et les suiveurs habituels n’auront rien vu venir jusqu’à la veille du conflit. Acheter de l’or avant la Guerre était alors une chose simple, cela devint beaucoup plus risqué pendant. En effet, les allemands interdisaient aux français d’en posséder plus de 6 grammes. Ce fut l’occasion de la mise en place d’un système de marché noir où seule la loi de l’offre et la demande régnait.

Faut-il faire un parallèle avec cette époque et dire que nous sommes le 1933 du 21ème siècle. Je n’irai pas jusque là mais de nombreux indicateurs nous incitent à penser que nous rentront dans une période incertaine. Nombreux pensent que nous y sommes déjà. Je considère que l’on doit rester serein et qu’il ne faut pas pour autant acheter un fusil ou bien fabriquer un abri antiatomique au fond de son jardin. Cependant, il serait tout aussi stupide de ne pas agir que de ne pas souscrire une assurance incendie pour sa maison.

Les raisons pouvant provoquer une instabilité mondiale sont légions : perte de pouvoir et de crédibilité de l’Empire Américain, perte de valeur du dollar sans véritable monnaie mondiale de substitution, réorganisation géopolitique à l’avantage des BRIC ( Brésil, Russie, Inde et surtout Chine), origines de la dernière Crise économique non réglées, instabilité croissante de certaines régions pouvant littéralement exploser à la moindre étincelle (Iran, Pakistan, etc.), matières premières de plus en plus rares aux mains de certains et utilisées par d’autres, problèmes climatiques croissants. Voulez-vous que je poursuive la liste et que je remplisse la page ?

Bref, vouloir se prémunir de ces risques devrait donc être aujourd’hui une attitude naturelle de la part des jeunes actifs et des nouveaux parents qui n’ont pas nécessairement connus de périodes troublées mais qui voient clairement à quoi cela pourrait ressembler. Se prémunir ne veut pas dire ne plus consommer, ne plus vivre, ne pas investir en bourse ou bien dans l’immobilier. Cela veut juste dire qu’il faut aussi épargner selon un mode qui révèle systématiquement sa valeur lors de chaque crise : acheter de l’or et plus particulièrement des pièces d’or.

Les analystes économiques pensent qu’avoir de 5 à 20% de son patrimoine sous forme de pièce d’or est suffisant pour garantir les pertes éventuelles que l’on aurait sur le reste. En effet, la multiplication du cours de l’or en cas de crise, et à plus forte raison des pièce en raison de l’effet de rareté (traduit par la prime), est telle que les gains peuvent être cinq à dix fois supérieurs à l’investissement initial. 15% de votre patrimoine qui valent cinq fois plus pendant une crise compensent les 80% de perte que vous aurez sur le reste (vos actions, votre immobilier, vos assurances vie) en raison de la nécessaire inflation (et donc perte de valeur de la monnaie) et des pertes de valeur des entreprises.

Vous êtes convaincu que l’or physique est l’achat raisonnable du moment, mais pourquoi vous conseiller de le faire sous forme de pièces plutôt que de lingots ? Vous aurez une réponse détaillée en lisant l’article « Acheter 170 pièces d’or type Napoléon ou bien un lingot ?« . Je ne parle même pas de l’or papier (certificats, fractions d’un lingot, etc) qui s’évanouit avec l’effondrement d’une économie. Pour faire bref, seul l’or physique sous forme de pièce d’or est efficace pour vous protéger, en effet vous devez retenir qu’un lingot ne vaudra jamais beaucoup plus que la valeur de l’or qu’il contient alors que les pièces, très demandées en période de crise, voient leurs prix flamber bien au-delà de ce qu’elle valent en or. Cette différence est traduite par la prime qui est le critère fondamental à comprendre pour savoir pourquoi, comment et quand il faut acheter des pièces d’or.

Nous sommes en 2010 et le napoléon n’est plus la seule pièce qu’il est bon de posséder lorsqu’on réside en France. Pour savoir quelles pièces il est bon d’acheter et comment, vous lirez avec intérêt le guide  »Pourquoi et comment investir avec les pièces d’or«  et l’article « Pièces d’or : apprendre à faire les bons choix selon votre profil d’épargnant« .

Jean-François FAURE

Des pièces d’or et d’argent avec le logo des Nations Unies

Lundi, janvier 11th, 2010

La pièce d'or des Nations Unies. L'Oro

L’annonce faite par les Nations Unies indiquant qu’elles allaient confier la licence pour la frappe de pièces de monnaie en argent et en or portant le logo des Nations Unies pourrait mettre le prix du métal sur orbite.

Dans son gros rapport rendu cet automne, la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED) indiquait que le système des devises et des pratiques bancaires internationales des systèmes économiques actuels était inapproprié et qu’il était responsable de la crise économique actuelle. Ce rapport soutient que le système monétaire actuel, où le dollar constitue la monnaie de réserve mondiale, devait être remis en question « de toute urgence ».

Ce rapport CNUCED a marqué une étape importante. En effet, c’était la première fois qu’une institution multinationale majeure diffusait l’idée d’une telle suggestion ou mesure, alors qu’un certain nombre de pays, dont la Russie et le Brésil, s’étaient montrés favorables au remplacement du dollar comme monnaie de réserve mondiale. Le directeur de la banque centrale de Chine, Zhou Xiaochuan, a indiqué que le dollar pourrait être remplacé par un panier de devises. La commission des Nations Unies a rejeté cet élargissement en argumentant qu’un système à plusieurs pays « pouvait également s’avérer instable et opaque. »

La commission souhaite trouver un équilibre plus monétaire pour les pays en voie de développement et un moyen leur permettant de conserver leurs réserves et leurs économies domestiques qui resteraient indépendantes des agences et accords étrangers.

L’économiste américain et Président de la Commission, Joseph Stiglitz, lauréat du prix Nobel de l’Economie, a expliqué qu’il existait « consensus de plus en plus large sur le fait que le système de réserve en dollar était à l’origine de nombreux problèmes. Les pays en voie de développement prêtent en effet des milliards de dollars aux Etats-Unis à des taux d’intérêt quasiment nuls alors même qu’ils en ont un énorme besoin, » a déclaré Joseph Stiglitz.
« Cela démontre clairement la nature du problème. Il s’agit d’un transfert net, dans un sens, vers les Etats-Unis, une forme d’aide étrangère. »

Un des collaborateurs de ce rapport, Detlef Koffe a conclu pour sa part en indiquant que « Remplacer le dollar par une monnaie métallique résoudrait certains problèmes des pays dont les déficits sont importants et pourrait favoriser la stabilité. »

Le porte-parole de la Réserve Fédérale américaine, Patrick Paulsen, a reconnu que les Etats-Unis risquaient de réagir de manière virulente à ce projet de devise globale et que cela serait « … considéré comme un pas vers un Nouvel Ordre Mondial. Mais ces mêmes personnes ont également probablement perdu patience avec les agents de change. »

Il a précisé qu’il « … prévoyait néanmoins que les devises occidentales continueraient à se déprécier en raison de l’ascendance asiatique dans le secteur commercial et industriel jusqu’à déterminer leur valeur propre et afin de permettre à leurs économies d’être compétitives. Il s’agit d’une prérogative des Nations Unies que nous ne pouvons pas et que nous ne devons pas contrôler. Cela revient à revenir à l’époque d’avant Bretton-Woods. »

Les Nations Unies ont décidé de proposer une devise d’épargne à « option publique », où la frappe des monnaie sera effectuée sous licence afin de frapper deux types de pièces de la taille de la pièce de 1€ (l’Uno (Argent ~$5) et l’Oro (or, ~$500). Ces noms sont tirés du livre « The Humanist » selon lequel les Nations Unies seraient mieux financées d’ici à 2015 grâce à ses frais de licence, qui devraient se monter à 10-15%.

Les pièces sont dotées d’un marqueur chimique permettant leur authentification et leur traitement par un guichet bancaire automatique modifié et par les appareils d’échange en Europe, qui seront distribués au niveau mondial. Tout licencié, public ou privé, peut produire ces monnaies métalliques sous contrat. Les Nations Unies ne vont pas au-delà de ce que font déjà la plupart des pays, à la seule différence que la valeur de leurs pièces reflètera leur poids métallique.

Armand Dufour, de la Banque Européenne, salue leur introduction. « Les gens en ont assez des options de monnaie à cours forcé. Le gouvernement et les banques ne peuvent pas imposer les pièces de monnaie. Elles auront leur propre valeur inviolable. »

Un élément lui pose toutefois problème. « Si nous constatons une chute du dollar US, comme cela semble inévitable, on enregistrera un fort mouvement vers l’Oro, qui pourra entraîner son augmentation à un niveau où les gouvernements ne permettront pas sa circulation. Ils essaieront de l’isoler. » « C’est là que la situation se complique, » conclut Armand Dufour

ENGLISH ESPANOL ITALIANO CHINESE

Recherche
Partager le Blog
Share |

Suivez-nous sur TWITTER :
http://twitter.com/GOLDCOINorg

Réflexions
" Ce qui compte pour un alpiniste, c'est son effort, c'est son adresse, ce sont ses muscles. La corde qui l'assure ne joue aucun rôle tant que tout va bien. Mais elle lui donne la sécurité. De même, l'or ne sert qu'à garantir la confiance. C'est un refuge. "