Publicité

A en croire les chiffres du Silver Institute, au début des années 2000 et jusqu’en 2007, l’argent était un marché déficitaire. Depuis 2008, le marché oscille entre les années de déficit, d’excédent, et les années d’équilibre.  

Offre et demande totale d’argent (échelle de gauche), et équilibre annuel du marché de l’argent (échelle de droite) en millions d’onces troy, de 2000 à 2020 (estimation)

A quoi s’attendre dans les années à venir ?

Offre et demande d’argent : l’heure du bilan

Aujourd’hui, à court et moyen terme, l’offre semble limitée par de nombreuses contraintes, de nombreux analystes s’attendant à une diminution de la production minière d’argent dans les années à venir, ainsi qu’à un recyclage des déchets industriels, photographiques et des pièces d’argenterie en baisse. Seul le recyclage des bijoux et des pièces semble susceptible de s’orienter à la hausse.

En face de cela, en l’absence de croissance économique et d’augmentation des revenus réels soutenues, c’est la seule demande d’investissement qui est vouée à soutenir le marché. Le reste de la demande est au plus bas, et n’a pas vocation à redécoller du jour au lendemain.

Publicité

Reste bien sûr le point d’interrogation de la demande officielle en provenance des banques centrales.

Quoi qu’il en soit de l’état du marché dans les années à venir, attention à ne pas tirer de conclusions hâtives. Si le déficit d’argent du début des années 2000 a relativement bien correspondu à la hausse enregistrée par le cours de l’once sur la même période, qui dit « marché déficitaire » ne dit pas automatiquement « cours de l’argent en hausse », et inversement.

Performances annuelles de l’argent libellé en $ (2000 – 2020)

Vous vous demandez pourquoi ? L’explication est très simple : « les fondamentaux ne suffisent pas, car nous vivons toujours à une époque de financiarisation aberrante, où c’est la spéculation à effet de levier sur du métal non-alloué qui détermine le cours », comme l’expliquent S&V. Et là je vous renvoie à la taille du marché de l’argent, que j’ai abordé dans un précédent article.

Nous n’en n’avons pas terminé.

Il me reste à vous présenter un autre outil d’analyse du cours de l’argent, j’ai nommé le fameux ratio or/argent !

Ratio or/argent : que faut-il en penser ? que nous indique-t-il ?

Sur la toile américaine comme sur le web francophone, le ratio or/argent est une vache sacrée. Vénéré par de nombreux bloggeurs et analystes, il est censé promettre des lendemains qui chantent aux détenteurs de métal gris, et l’avènement d’un cours de l’argent « à la hauteur de ses mérites ». Certains vont même jusqu’à évoquer un « ratio d’abondance » (dans la nature) entre or et argent, ratio selon lequel nos ancêtres auraient historiquement valorisé le « juste prix » de ces deux métaux au fil des siècles…

Dans quelle mesure peut-on se fier à ce ratio ? Que nous indique-t-il ?

En 2013, dans mon livre, j’expliquais qu’il faut prendre cet indicateur avec des pincettes. Il faut en effet distinguer le ratio or/argent fixé par le pouvoir politique du ratio or/argent fixé librement par le marché (les notes de bas de page apparaissent entre crochets) : « Nombre d’investisseurs justifient leur engouement pour l’argent compte tenu du très haut niveau actuel du ratio or/argent vis-à-vis de son niveau historique. Ce ratio, qui représente la quantité d’onces d’argent nécessaires à l’achat d’une once d’or, se situe historiquement à un niveau compris entre 15 et 20 [Ce rapport correspondrait à la relative rareté de l’or par rapport à l’argent dans la croûte terrestre].

Or cette stabilité de façade est avant tout due au fait que le rapport entre l’or et l’argent a longtemps été fixé par le pouvoir politique, et ce dès l’Antiquité. [Parfois sur la base de critères susceptibles de paraître particulièrement obscurs à nos contemporains occidentaux. Les analystes de la banque Erste expliquent que « Dans l’Égypte ancienne, l’or valait 13,3 onces d’argent. Ce ratio se fondait sur des calculs d’astronomie (sur le constat que la lune d’argent se déplaçait 13,3 fois plus vite dans le zodiac que le soleil d’or)… » Source : Erste Group Research, Gold Report 2012: In GOLD we TRUST, 11/07/2012.]

Au début de l’année 2013, avec une once d’or à environ 1 300 € et une once d’argent à environ 25 €, ce ratio est de 52. S’il se rapprochait de sa valeur historique avec par exemple 1 once d’or pour 20 onces d’argent, l’once d’argent vaudrait alors 65 €, soit 2,6 fois sa valeur actuelle.

L’utilisation de ce ratio est toutefois très contestable. Toute analyse qui porte sur le cours de l’or ou de l’argent alors que leur prix était fixé par le pouvoir politique est amputée d’un certain crédit, le prix de ces métaux étant désormais fixé par confrontation de l’offre et de la demande au niveau mondial. L’analyse de ce ratio ne devient véritablement pertinente qu’à partir de 1968… »    

Je passe sur l’interprétation géologique de la valeur historique de ce ratio, dont les tenants prétendent que le ratio « naturel » entre l’or et l’argent, au sens de leur abondance constatée dans la nature depuis des siècles, serait donc d’environ 15 à 20. J’en dirais simplement qu’il serait intéressant de demander aux tenants de cette thèse comment diable les scientifiques des siècles passés auraient été en mesure de connaître l’abondance globale de ces deux métaux sous le sol d’une planète qui était encore très largement en phase d’exploration, alors que ces chiffres sont encore aujourd’hui disputés.

En ce qui me concerne, seul l’homme a une influence sur le rapport entre les prix de l’or et de l’argent. La nature n’a rien à voir là-dedans : seule l’utilité perçue d’un actif influence son prix.

Ceci posé, huit ans après l’édition du rapport In Gold We Trust évoquée dans mon livre et alors rédigée au sein de la banque Erste, Ronald Stöferle a toujours de passionnantes choses à nous apprendre au sujet de ce ratio !

Rapport In Gold We Trust 2020 : pour Stöferle et Valek, le ratio or/argent indique « La plus grande remise* sur l’argent de l’histoire de la civilisation humaine » [* au sens de discount, solde]

En comparaison de l’or, l’argent n’a jamais été aussi peu cher, indiquaient les deux Autrichiens dans leur rapport publié le 27 mai. En 2019, le ratio or/argent a affiché en moyenne un niveau de 86. A avril 2020, « l’argent n’avait été moins cher [par rapport à l’or] que 6% du temps dans l’histoire financière enregistrée. »

Ratio or/argent (1718 – avril 2020)

Seulement voilà, cela ne nous intéresse qu’assez peu, pour les raisons évoquées plus haut.

Là où les choses deviennent vraiment intéressantes, c’est que même si l’on ne considère que la période post-1968, « le ratio moyen mensuel a passé 80% du temps entre 30 et 80, avec une médiane à 58. En mars 2020, ce ratio a atteint un nouveau record historique à 107. Pour apporter un peu de contexte, le deuxième mois le plus élevé a été février 1991, à seulement 97.

Ratio or/argent (1960 – avril 2020)

C’est donc la plus grande remise de l’histoire sur l’un des métaux les plus importants et les plus utiles de l’humanité. »

Reste donc à voir comment interpréter les fluctuations du ratio or/argent. Si nous arrivons à leur donner du sens, cela nous permettra de réfléchir à des objectifs de prix pour l’once d’argent…

A lundi prochain pour notre billet conclusif sur le sujet de l’argent métal !

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici