Aider avec impuissance masculine levitra generique france
Accueil / AUCOFFRE / L’or première forme de monnaie d’hier… et de demain ?

L’or première forme de monnaie d’hier… et de demain ?


L’or a toujours fasciné par son aspect séduisant, brillant et éclatant, mais aussi par les propriétés intrinsèques de ce métal précieux. Pas étonnant qu’il ait pris une part importante dans l’Histoire dès sa découverte. C’est ainsi que pour de nombreux peuples, l’or a été au cœur de leur culture, comme la civilisation inca qui l’appelait « la sueur du soleil ». Offrande, statue, l’or était partout. Mais outre ce rôle cultuel, l’or acquit très vite un tout autre rôle : celui de monnaie.

Alors que la guerre des monnaies fait toujours rage aujourd’hui, l’ORetARGENT.info fait un bond dans le passé et revient sur ce qui fut l’une des premières monnaies… et, qui sait, redeviendra peut-être à nouveau monnaie d’échange.

La monnaie, un concept né de besoins
Avant que la monnaie n’existe, les échanges de marchandises s’effectuaient sous forme d’échange. Tant de bœufs pour tant de moutons. Seulement voilà : difficile de rendre « la monnaie » sur ce genre de transaction. Payer un quart de bœuf semblait compliqué.

Selon une hypothèse d’Hauser somme toute assez plausible, sans doute l’or faisait lui aussi l’objet d’échanges avec d’autres marchandises. « Un bœuf s’échangeait contre un lingot d’or de tel poids, poids variable selon la valeur de la bête et le cours du marché. » *

Et c’est alors que naturellement l’or s’est mis à devenir une référence pour l’échange des marchandises, par son aspect divisible et inaltérable, « un étalon de valeur ».

Une monnaie en or protéiforme

En Egypte, l’or s’échangeait contre des marchandises sous la forme d’anneaux au poids bien déterminé. Mais l’or prit longtemps la forme d’un lingot. Puis la pièce le remplaça : le lingot avait souvent un poids variable et il fallait donc le peser avant chaque transaction. Une opération qui était fastidieuse. Cet or s’échangea alors sous forme de petits disques : la pièce frappée de sa valeur, plus pratique et sûre, était née. Selon Erik Chanel, elle serait apparue aux alentours du VIIe siècle avant J.-C.

Bien que l’or ne fut pas le seul métal utilisé pour frapper les monnaies – l’argent a été largement employé –, l’or était cependant le métal idéal : il est inoxydable, malléable, divisible, ductile et rare, ce qui en fit dès son origine un symbole de richesse…

Et si l’or redevenait monnaie ?

On vous le disait sur l’ORetARGENT.info, depuis que l’étalon-or n’est plus, les monnaies ne sont plus couvertes par de l’or. Pourtant, c’est ce qui aurait peut-être pu empêcher la situation de crise que l’on connaît aujourd’hui dans un système économique qui n’a de cesse de créer de l’argent-dette. La monnaie privée peut être une alternative à la crise systémique. Le système doit changer et l’or pourrait être une solution.

Seulement voilà, force est de constater que cela semble irréaliste : tout l’or extrait à ce jour à travers le monde tiendrait dans un cube de 20 mètres de côté… Bien qu’il reste à peu près 100 000 tonnes d’or dans le sol, l’extraction devient de plus en plus difficile. Il n’y aurait pas suffisamment d’or pour qu’il redevienne monnaie d’échange.

Investir dans des monnaies qui valent… leur pesant d’or
Faute de pouvoir pour le moment revenir à une monnaie or, on peut cependant investir dans ces monnaies en or. C’est une excellente solution pour diversifier son patrimoine sans prendre de risques. Krugerrand, napoléons ou souverains, ces pièces recherchées sont à privilégier.

* H. Hauser, L’Or, Vuibert & Nony éditeurs, Paris, p.307.

Bannière pub AuCOFRE

A propos de Jean-François Faure

Jean-François Faure
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

Pièce or 20 Francs - Napoléon III

Napoléons III Tête Laurée et Tête Nue : des placements sûrs !

Même si le Napoléon Marianne Coq 20 Francs est la pièce d’or par excellence à acheter pour protéger son patrimoine – et la plus emblématique – d’autres Napoléons gagnent à être connus. Parmi eux, les Napoléons III Tête Nue et Tête Laurée, et en particulier le Napoléon III 100 F frappé entre 1855 et 1870, une pièce rare avec un très beau volume.