La Newsletter
Inscription
Désinscription

 
Catégories

Posts Tagged ‘américain’

The European crisis – the courage to act

Jeudi, août 5th, 2010

The European Union is facing an economic and political crisis that threatens the single currency, exposes greed, bureaucratic strangulation, unsustainable social welfare programmes, raises questions on protectionism and the very fabric of the free market. If that was not enough, the weakness of its leaders becomes apparent and two of the giants France and Germany support a different solution. There is a very English phrase “ to muddle through” and that is what European leaders have been doing and hope they can continue doing so as not to put emphasis on radical change that can upset the apple cart either internally or externally. Muddling through depends on growth. LIRE LA SUITE SUR NOTRE BLOG ANGLAIS, GOLDCOIN.ORG

Greeks queue to buy sovereigns

Mercredi, juillet 21st, 2010

During World War II the British sovereign was the only tangible and reliable currency in Greece and they were hoarded and hidden in every conceivable place. A girls dowry would often include a cache of sovereigns. They were parachuted in to fund the Greek resistance to the German occupation. War is a crisis but now the Greek population face the crisis of being unable to repay its debts and once again they turn to the sovereign as the currency of choice. LIRE LA SUITE SUR NOTRE BLOG ANGLAIS, GOLDCOIN.ORG

Nazi gold – The history of gold

Mercredi, mars 3rd, 2010

Adolf Hitler came into power in a Germany that was still reeling from defeat in the First World War with its gold reserves empty and its currency valueless.  Having promised to return his country to glory, Hitler began to rebuild the Germanic Empire and for this he needed gold.  It is important to understand that in 1939 Germany’s gold reserves were not very large, worth around 200 million dollars and already allocated, mainly for constructing German war machines.  Furthermore, the country could no longer buy products manufactured abroad nor basic raw materials because of the low value of the Reichsmark.  The only remaining alternative was gold.

And so, little by little whilst moving through Europe, the German Army plundered the gold reserves of the nations they invaded…….LIRE LA SUITE SUR NOTRE BLOG ANGLAIS, GOLDCOIN.ORG

China’s gold dilemma and strategy

Mercredi, mars 3rd, 2010

China has the  largest foreign reserves in the world and much of this is in dollar assets and continues to substantially increase its gold reserves. In the long term China craves economic and financial power and would take the place of America if it could but it needs to free itself from the vast amount dollar asset it holds and arguably convert a substantial amount of these to gold. It wants to exchange those dollars for gold at the most favorable prices, so in the short term it does not want a high gold price nor does it want a weakened dollar as it needs to get best exchange rate for the dollars it holds. Most of the world’s gold is in private hands and not easily accessible so China’s option in the short term is to chip away quietly like an investor buying up small numbers of shares in a company before a takeover……. LIRE LA SUITE SUR NOTRE BLOG ANGLAIS, GOLDCOIN.ORG

Gold is a raw material unlike any other

Mercredi, mars 3rd, 2010

Gold’s lustre has bewitched man since it was first extracted over 6000 years ago.  What’s more, it doesn’t rust, oxidize or tarnish.  It is estimated that all the gold ever extracted would only form a cube of around 20 metres on each side, an eighth of this football pitch…….LIRE LA SUITE SUR NOTRE BLOG ANGLAIS, GOLDCOIN.ORG

The Industrialisation of gold mining operations- The history of gold

Mercredi, mars 3rd, 2010

The creation of the Homestake mine in 1877 signalled a revolution in gold mining operations.  In the centuries that followed, the solitary gold hunter equipped with just one pan and one shovel gradually gave way to larger companies using new technologies.  One of the most efficient methods but also the most destructive for the environment consisted of hydraulic mining operations.  It consists of sending water through an enormous hose nozzle and projecting it with extreme force against a rock to break off large pieces.  By literally sweeping away the quartz, gold appears.”

Another aid came in 1889 for mining companies in the form of cyanide, a deadly poison for humans but a great help for industry.  “Gold cyanidation  is a metelurgical technique for extracting gold from low-grade ore by converting the gold to water soluble aurocyanide metallic complex ions. It is the most commonly used process for gold extraction. Due to the highly poisonous nature of cyanide, the process is highly controversial and its usage is now banned in a number of countries and territories…… LIRE LA SUITE SUR  NOTRE  BLOG  ANGLAIS, GOLDCOIN.ORG

Changing attitudes amoungst European Central Banks

Samedi, février 20th, 2010

A gold reserve is the gold held by a central bank or nation intended as a store of value and as a guarantee to redeem promises to pay depositors, note holders (e.g., paper money), or trading peers, or to secure a currency. Today, gold reserves are almost exclusively, albeit rarely, used in the settlement of international transactions (…) LIRE LA SUITE SUR NOTRE BLOG ANGLAIS, GOLDCOIN.ORG

The Great Confiscation: Gold ownership was illegal in the USA from 1933 to 1975

Mercredi, janvier 20th, 2010

Have you heard of Roosevelt’s Emergency Banking Act on April 5th 1933? This was the date on which the American president declared that it was illegal for US citizens to own gold and ordered them to return their coins, ingots and gold certificates to the federal reserve banks before May 1st 1933 at a price of 20.67 USD per ounce. Immediately devaluing the dollar by 40 percent; and setting the price of gold at $35.00 per ounce. At a single stroke, Roosevelt increased the government’s gold assets, stabilized the monetary system and increased wholesale prices by more than 33 percent. However, he also inflicted losses of 40 percent on gold owners and stripped them of the gold that they saved to insure their financial futures. (…) CLICK TO READ MORE – GOLDCOIN.ORG

Les pièces d’or, dernier rempart de votre liberté.

Samedi, janvier 2nd, 2010

L’or n’est pas selon moi une fin en soi, au même titre d’ailleurs que l’argent monnaie. Par contre, il s’agit d’un outil pouvant vous procurer une réelle liberté d’action dans certaines circonstances; liberté qui n’a pas de prix et qui, dans certains cas, engage directement votre survie ou bien celle de votre famille.

Cette notion de liberté, qui devrait être croissante avec la valeur de notre patrimoine, est aujourd’hui un leurre. Le coupable ? Les banques. En effet, nos banquiers ont oubliés depuis fort longtemps les fondamentaux de leur activité et préfèrent nous vendre des produits financiers complexes ou bien des forfaits de téléphonie mobile. Autant de contrats qui nous enchaînent à eux jours après jours. Ils ont oublié qu’ils devaient être les garants de notre liberté par le biais des valeurs que nous leur confions. Aujourd’hui, nous sommes au contraire une génération qui est devenu totalement dépendante de ces mêmes banques : comptes bancaires obligatoires pour toucher un salaire, argent bloqué sur des comptes qui rapportent tout juste plus que l’inflation (et parfois moins), crédits, placements risqués, etc. En fait, si nous prenons le cas d’un couple de la classe moyenne, plus il gagne d’argent par le fruit de son travail, plus il devient redevable auprès de son banquier en raison des différents crédits qu’il aura souscrit ou des services «indispensables» que ce dernier lui aura proposé. « Travailler plus pour gagner plus » comme disait l’autre ? Oui, mais pour devenir de plus en plus dépendant. Bref, le monde à l’envers.

Avec les pièces d’or c’est tout l’inverse. Aujourd’hui en France, et aussi dans de nombreux autres pays, leur détention, leur transport, leur achat et leur vente sont libres. Ces transactions pourront éventuellement être taxées (ce qui est le cas en France lors de la vente) mais le jour où vous aurez un besoin impérieux de vendre votre or en raison d’un contexte troublé, j’ai peine à imaginé que vous demandiez un formulaire 2091 à remplir en 2 exemplaires pour légaliser votre transaction.

Durant la Seconde Guerre mondiale, les allemands interdisaient en France la possession d’or au-delà de 6 g, même pas un napoléon 20F. Ils savaient bien que nous priver de notre or, c’était aussi nous priver de notre liberté. Bien heureux ceux qui pouvaient compter sur leur trésor enfermé dans de solides coffres en Suisse, pouvant le monnayer sur le marché local et revenir en France avec le fruit de la revente. Ceux qui ne pouvaient se déplacer à l’étranger pouvaient évidemment en acheter ou en vendre en France, mais ils s’exposaient à des risques, dont le vol, le chantage et la dénonciation. Imaginez-vous dans un contexte analogue et devoir écouler sur le marché noir un lingot d’un kilo ou bien cent cinquante pièces d’or. Difficile. Fort de ce constat, nombreux étaient ceux qui, n’ayant pas anticipé cette guerre, faisaient traverser la frontière à leur pièces pour mettre à l’abri leur trésor, prenant alors des risques énormes avec leurs cannes creusées et remplies de napoléons empilés.

J’ai aussi en tête l’histoire des grecs qui avaient pu relancer leur économie grâce aux dizaines de tonnes qu’ils avaient conservées sous forme de pièces d’or de type souverain, ayant ainsi évité la ruine à cause de leur monnaie nationale défaillante.

Autre exemple : Entre 1933 et 1975, la possession d’or était interdite aux USA. Cela n’empêcha pas les américains de compter parmi les plus grands thésaurisateurs de monnaies d’or. Les coffres suisses étaient alors remplis d’Eagles, Double Eagles et autres Souverains qui refirent surface à la fin de la prohibition de l’or ou bien qui se monnayaient directement en Europe.

Je sais que les esprits contradicteurs pourraient me dire que l’or étant aujourd’hui côté sur les marchés, nous sommes totalement dépendant du bon vouloir de cartels et autres entités qui peuvent user de toute sorte de stratagème pour fausser la donne. Ça c’est vrai en périodes sereines. Dans les moments les plus troubles, le seul marché qui soit valable, c’est celui de l’offre et de la demande de la rue, le marché de gré à gré entre acheteurs et vendeurs. Nous l’avons bien vu lorsque l’once d’or était fixée à 35$ par les américains. Il y avait alors autant de prix pour l’or qu’il y avait de vendeurs. Dans certains pays tels que l’Inde ou la Turquie, qui ont un marché gris de l’or très structuré, les prix pouvaient vraiment flamber car l’approvisionnement était difficile en raison de contrôles douaniers sévères. Même en France, le prix de l’or qui s’y négociait dans les années 60 était en partie déconnecté du dictat américain sur le métal précieux.

Les pièces d’or sont donc le dernier rempart de notre liberté car, en cas de besoin et où que vous soyez, elles seront toujours reconnues à leur juste valeur. Ce n’est pas le cas des monnaies fiduciaires sous forme de billets, de pièces, et aujourd’hui de monnaie électronique, qui peuvent parfois être difficiles à faire accepter d’un pays à un autre.

Au temps de la guerre froide, les américains ne s’y trompaient pas et donnaient à leurs pilotes ou bien leurs espions des pièces d’or pour qu’ils puissent monnayer leur liberté dans les pays où ils étaient coincés. Preuve que même le roi dollar ne pouvait pas suffire dans certains cas et, aux yeux de soldats Viêt-Congs par exemple, n’était qu’un vulgaire morceau de papier vert portant les marques d’une culture ennemi. Une pièce d’or, même frappée par l’administration américaine, reste avant tout de l’or aux valeurs universellement reconnues et acceptées. Contrairement aux billets, l’or ne fait pas de politique ou ne tente pas d’imposer un quelconque mode de vie. Vous n’aimez pas l’aigle américain ? Et bien fondez la pièce. Vous aurez tout autant d’or en poche. L’or n’a pas de nationalité, il est neutre, et ne prône  pas la pensée unique.

Jean-François FAURE

L’ American Eagle ou Aigle américain des États-Unis.

Samedi, novembre 21st, 2009
L'Eagle est la pièces d'or américaine la plus vendue dans le monde aujourd'hui.

L'Eagle est la pièces d'or américaine la plus vendue dans le monde aujourd'hui. Avers du millésime 1995.

A ne pas confondre avec les anciennes Liberty, l’Eagle moderne est elle aussi une très belle pièce américaine.

Elle fait sa première sortie en 1986, frappée par le « United States Mint » à West Point, New-York.

Elle devient très rapidement une monnaie « bullion » d’investissement majeure, connue et reconnue dans le monde entier. L’Eagle est la concurrente du Krugerrand Sud-Africain qu’elle supplantera dans le coeur des investisseurs jusqu’à la fin de l’Apartheid.

Il s’en vendra presque 1,3 millions à sa sortie.

Cette monnaie de 22 carats est frappée en plusieurs modules et valeurs faciales différentes; 5$, 10$, 25$ et donc 50$. Toutes titrées à 916,67°/oo d’or, ce sont des pièces résistant très bien à l’usure.

L’avers est inspirée du design de la 20$ or frappée celle-ci entre 1907 et 1933, représentant la « Liberty » du célèbre sculpteur américain Augustus Saint-Gaudens.

Sur le revers, sculptée par Miley Busiek, un nid d’aigles, symbole de la famille traditionnelle américaine et de l’unité nationale.

L’Eagle se caractérise par:
capturer

C’est une très belle pièce de diversification, dont le prix et la prime peuvent grimper en fonction de l’offre et de la demande. Elle a tendance à suivre le cours du Krugerrand mais il est possible de la voir plus chère à l’achat en période de forte demande. Il est normal que les pièces d’un module plus petit se retrouvent avec des primes et des différentiels de prime plus élevés que ce que l’on observe sur la pièce d’une once.

Revers de l'Eagle 50 dollars US

Revers de l'Eagle 50 Dollars US.

Elle a de très bonnes qualités pour l’investissement, que vous soyez novice ou expérimenté car cette pièce est reconnue dans le monde entier, et circule sur les meilleurs marchés d’investissement.

En juillet 2009 se sont vendues aux US 86 000 pièces d’un once contre 47 000 en juillet 2008, démontrant en ces périodes difficiles l’intérêt de l’investissement à l’or et de cette pièce proprement dite.

Cette pièce est une véritable alternative au Kruggerand du fait de sa reconnaissance universelle.

Natacha FAURE

L’accord de la Jamaïque : démonétisation de l’or.

Samedi, octobre 17th, 2009

Au départ de l’évolution ayant abouti à l’accord de la Jamaïque, se trouve la décision prise par le président Nixon, le 15 août 1971, de suspendre la convertibilité du dollar en or, clef de voûte du système élaboré en juillet 1944. Le 1er octobre 1971, l’assemblée générale du FMI demande au Conseil d’administration du Fonds d’étudier et de proposer une réforme d’ensemble. Celle-ci devait être adoptée par les États membres lors d’une réunion tenue à Kingston (Jamaïque), les 7 et 8 janvier 1976, et comportait un ensemble de dispositions mettant fin au règne tout relatif d’ailleurs de l’or. Les décisions prises ont porté sur deux points principaux.

1. Le niveau régime des taux de change.
Les pays membres devront s’abstenir de toute manipulation de leur taux de change à des fins compétitives et devront choisir entre trois possibilités :
- s’abstenir d’assigner une parité à leur monnaie, qui flottera librement sur les marchés de change ;
- définir la valeur de leur monnaie par une relation fixe avec le droit de tirage spécial (DTS) ou une autre devise, à l’exclusion de l’or ;
- lier la valeur de leur monnaie à celle d’une ou de plusieurs autres devises dans le cadre de mécanismes de coopération.

2. Le rôle de l’or.
La solution a pu être présentée comme le résultat d’un compromis entre la thèse française qui poussait au maintien du métal jaune dans l’organisation et le fonctionnement du système monétaire international et la politique américaine qui visait, depuis fort longtemps, à retirer à l’or sa prééminence fonctionnelle. En fait l’accord élimine des statuts du Fonds toutes les références à l’or et remplace ce dernier, dans ses attributions essentielles, par le DTS. Consolation pour l’or, la liberté des transactions en métal des banques centrales est rétablie sans limitation entre elles et sur le marché.

Cette volonté d’éliminer l’or comme étalon du système des parités et d’abolir le prix officiel du métal devait être complétée par :
- la suppression des règlements obligatoires en or dans les opérations entre le Fonds et les pays membres ;
- l’obligation faite au Fonds de se dessaisir du tiers de ses avoirs en or (50 millions d’onces), en en restituant la moitié aux États membres à l’ancien prix ($ 35 l’once) et en vendant l’autre moitié aux enchères publiques.
Encore faut-il ajouter que l’abolition du prix officiel de l’or a pour conséquence de permettre aux banques centrales d’effectuer des transactions à un prix dérivé du marché et de réévaluer les stocks métalliques en leur possession (tel a été très vite le cas de la France et de l’Italie).

Même si les États-Unis ont fait savoir qu’ils continueraient à évaluer leur réserve à l’ancien prix officiel de $ 42,22 l’once, même si la première adjudication du FMI a fait baisser le prix de l’or sur les marchés mondiaux, tout au moins pendant de courtes périodes, on peut dire qu’en fait les résultats escomptés par la politique américaine et par celle du FMI sont loin d’être atteints. Le prix de l’or et l’or lui-même restent encore des éléments importants d’un vaste jeu politique : à tout bien considérer, si l’or a résisté, c’est qu’il n’a pas cessé de faire figure de métal officiel que les gouvernements n’ont pas voulu ou pu oublier.

Extrait du livre de Jules Lepidi : L’Or

Les supercycles

Mercredi, août 12th, 2009

Dans la nature, les cycles sont omniprésents : le jour et la nuit, les saisons, les pulsations du cœur, la respiration, etc. A l’échelle de la société, des empires naissent et meurent. Les cycles accompagnent les sociétés humaines depuis la nuit des temps.

Mais les phénomènes cycliques et réguliers des grandes échelles font place aux phénomènes statistiques et chaotiques dès que l’on tente de sonder l’infiniment petit. Impossible par exemple de connaître avec précision la position d’un électron autour du noyau atomique. Les physiciens recourent alors aux calculs de probabilités.

Les marchés financiers et l’économie n’échappent pas à cette nature cyclique du monde, et ils n’échappent pas non plus au problème des « bruits parasites » lorsqu’il s’agit d’étudier les tendances avec un microscope. Comme les physiciens du monde quantique, les traders recourent aux probabilités, car les mouvements du marché sur une aussi petite échelle sont souvent chaotiques et irrationnels. S’ils gagnent 60% de leurs paris, ils finiront par gagner beaucoup d’argent, peu importe le nombre de paris perdus.

Par chance pour l’investisseur axé sur le long terme, les cycles qui oeuvrent au sein de l’économie et des marchés financiers sont beaucoup plus facile à déceler sur une grande échelle. Pourtant, la tyrannie du court terme, avec ses bruits parasites et sa volatilité, finit par l’emporter sur la vision à long terme de l’investisseur. La réalité est que les gens préfèrent s’enrichir rapidement et se retrouvent très vite, malgré eux, victimes de leurs émotions : la cupidité et la peur.

Je vais définir le supercycle, non comme la tendance cyclique de très long terme sur le prix d’un actif, mais plutôt comme la tendance cyclique de très long terme sur la confiance des investisseurs relativement à cet actif. Car ce n’est pas l’actif qui est de nature cyclique, mais la nature humaine, comme nous le verrons plus loin.

Une confiance, engagée dans une tendance de très long terme, conduit inévitablement les investisseurs, qui se trouvent au sommet du supercycle, à trouver toutes sortes d’excuses pour justifier les prix de bulle atteints par le marché, et jugés comme normaux par la grande majorité. Inversement, dans le creux d’un supercycle, les investisseurs sont totalement désintéressés par l’actif, et intimement persuadés qu’il ne pourrait jamais faire un bon investissement de long terme.

Kondratieff est un des premiers économistes à avoir montré, dans les années 20, l’existence de grands cycles pour l’investissement, qui tendent à se répéter tous les 60 ans environ. C’est en étudiant les quatre économies les plus développées de son temps (Etats-Unis, Angleterre, France, Allemagne) qu’il a mis en évidence l’alternance de longues phases d’expansion et de ralentissement de l’activité économique.

Selon Kondratiev, la phase ascendante s’accompagne d’un surendettement, d’un surinvestissement et d’une surproduction, et la phase descendante s’accompagne d’une purge du système avec une baisse de la demande, tout en préparant le terrain pour une nouvelle phase de croissance.

Selon le cycle de Kondratieff, nous serions entrés en 2000 en phase descendante pour les économies américaine et européenne, période de climat boursier défavorable, et qui peut conduire à de grands conflits sur la scène mondiale. La dernière phase descendante correspondait à 1929-1945, période de la Grande Dépression aux USA et de la Seconde Guerre Mondiale.

cycle_kondratrieff

Joseph Schumpeter trouve une autre explication pour justifier ces cycles. Il pense que c’est l’apparition d’innovations majeures qui entraîne le développement de l’économie pendant de longues années.
La phase ascendante correspond aux temps nécessaire à l’assimilation, la diffusion et l’amortissement des nouvelles innovations, puis la concurrence et la baisse de la demande explique l’apparition du point de retournement du cycle. Quand à la phase descendante, elle correspond à l’élimination des stocks (capacité de production en excès), des dettes et à la préparation d’une nouvelle vague d’innovation.

cycle_schumpeter1

Remarquons que le cycle de Schumpeter, dessiné ci-dessus, comporte une vague de plus à partir de 1950. On peut choisir de l’inclure ou non dans le cycle de Kondratieff, mais le ralentissement au début des années 90 correspond à une petite récession et ne ressemble en rien à un véritable hiver économique comme celui des années 30. Ce qui nous importe avant tout, c’est la réalité du terrain et non la beauté des graphiques ! Le rythme des grandes découvertes scientifiques aurait plutôt tendance à ralentir depuis les années 60. Les anciennes générations ont connu, au cours de leur vie, davantage de révolutions technologiques (chemin de fer, automobiles, congélateurs, avions, télévision) qui ont bouleversé leur vie que notre génération.

A mon avis, la présence de grands cycles dans l’économie est en partie liée au cycle des générations successives, qui finissent toutes par oublier complètement ce qu’avaient appris, à leurs dépens, les générations précédentes disparues.

L’économiste Marc Faber décrit très bien les différentes phases à travers lesquelles évolue une société.

1. Une société est travailleuse, frugale, épargnante, innovatrice.
2. Elle s’enrichit.
3. Elle devient puissante du fait de ses richesses accumulées.
4. Elle devient arrogante, car elle a pris conscience de sa richesse et de son pouvoir sur les autres.
5. Elle dépense de plus en plus, car elle n’a plus peur du lendemain.
6. Pour maintenir son train de vie excessif, elle emprunte de plus en plus d’argent.
7. Lorsque le niveau de dette global devient trop grand, elle commence à « imprimer de l’argent ».
8. La catastrophe arrive et le niveau de vie de toute la société retombe.
9. Si la société arrive à se relever, elle redevient travailleuse, frugale, épargnante, innovatrice.
10. Etc.

L’engouement populaire pour les actions en 2000 est un comportement de haut de cycle, tout à fait classique et récurrent. Une fois l’erreur admise, il faut généralement 60 ans pour qu’elle se reproduise, mais sous une autre forme. Les dérives de l’ingénierie financière, que notre présent cycle porte en lui, nous promettent une purge longue et douloureuse pour le système financier. L’endettement monstrueux à tous les niveaux se paiera probablement en dévaluant progressivement, mais massivement les monnaies. Le coût à payer en terme de pouvoir d’achat, de chômage et de détresse humaine risque d’être très élevé et d’aboutir en fin de cycle à un comportement globalement beaucoup plus prudent et moins dépensier (leçon retenue par la génération qui a traversé la Grande Dépression des années 30). Ainsi, la crise actuelle ne sera pas identique à celle des années 30 (elle risque d’être inflationniste plutôt que déflationniste), et elle aboutira à une autre société que celle des années 50, mais le vécu de la crise et les leçons retenues pourraient avoir une odeur de déjà vu.

A cause de l’inflation qui fait varier les prix des actifs à des vitesses différentes, il est souvent difficile de mettre en évidence ces supercycles par la seule observation du prix (un prix peut grimper en nominal mais baisser en valeur corrigée de l’inflation). Mais des méthodes très simples existent pour les mettre à jour.

LIRE LA SUITE DE CETTE ARTICLE : Les supercycles des marchés boursiers et de l’or

Article écrit par Léonard Sartoni

Léonard Sartoni est l’auteur du livre « référence » : 2008-2015 : pourquoi l’or va battre la performance des actions et des obligations et comment vous pouvez en profiter

Ce premier guide en langue française sur le marché de l’or ne pouvait être écrit que par un investisseur à temps plein sur ce marché. Léonard Sartoni vit en Suisse de ses investissements dans ce domaine. La richesse de son expérience et de ses connaissances difficilement condensée dans ces 200 pages vous éclairera sur un univers méconnu autant qu’attractif sur un plan financier.  » le dernier grand marché haussier de l’or remonte aux années 70. Depuis, aux yeux du grand public, ce métal précieux est tombé aux oubliettes. Il est temps de le redécouvrir car une nouvelle heure de gloire est  » dans les tuyaux  » ! « 

Léonard Sartoni parraine AuCOFFRE.com, la première plateforme d’achat, vente et don de pièces d’or avec garde en coffres bancaires.

Le Général de Gaulle à propos de l’or et du dollar lors de sa conférence du 4 février 1965

Lundi, mai 18th, 2009

Le fait que beaucoup d’Etats acceptent, par principe, des dollars au même titre que de l’or pour les règlements des différences qui existent à leur profit dans la balance des paiements américaine, ce fait entraîne les Américains à s’endetter et à s’endetter gratuitement vis-à-vis de l’étranger, car ce qu’ils le lui doivent, ils le lui payent, tout au moins en partie, avec des dollars qu’il ne tient qu’à eux d’émettre.
Étant donné les conséquences que pourrait avoir une crise qui surviendrait dans un pareil domaine, nous pensons qu’il faut prendre les moyens de l’éviter. Nous estimons nécessaire que les échanges internationaux soient établis comme, c’était le cas avant les grands malheurs du monde, sur une base monétaire indiscutable et qui ne porte la marque d’aucun pays en particulier. Quelle base ? En vérité, on ne voit pas qu’il puisse y avoir réellement de critères, d’étalon autre que l’or.
Extrait de « Discours et Messages » – Charles de Gaulle – Plon 1970

L’or de Carlin Trend

Samedi, mai 16th, 2009
Grues et camions géants pour extraire l'or de la mine de Goldstike

Grues et camions géants extrayant l'or de la mine de Goldstike. Environ 100 kilos d'or par camion.

En dehors de l’Afrique du Sud, la région minière la plus prospère se situe aux Etats-Unis dans l’Etat du Nevada, elle est connue sous le nom de Carlin Trend, sa mine la plus importante est la Goldstrike Property.

La sirène de deux heures signale qu’il faut quitter le puits, l’explosion quotidienne dans la mine peut commencer. Avant que la poussière ne se dépose, le travail de routine reprend dans le puits, on travaille 24h/24 et 7jours/7. Le meilleur moyen d’atteindre une haute productivité, c’est d’utiliser la technologie la plus avancée et plus c’est grand, mieux c’est. Ces pelles hautes de six étages peuvent charger un camion géant en quatre pelletées. Chaque camion transporte 190 tonnes de minerais représentant environ 107 kilos d’or, mais ce qui nous différencie d’un puits conventionnel à ciel ouvert, c’est un système de gestion informatisé contrôlé depuis une tour située au bord du puits.

Ce qu’on essaie de faire ici, c’est d’optimiser l’efficacité de tout le matériel dont nous disposons pour l’exploitation des mines. Toutes les opérations sont informatisées, chaque véhicule de transport ou de chargement est équipé d’un ordinateur en communication avec le système depuis la tour.

Cet écran montre les pelles qui sont disponibles et les lieux de déchargement vers lesquels on dirige les camions, on voit quels sont les camions qui quittent les pelles et ceux qui quittent les décharges pour y retourner.

Après l’opération, le minerai purifié est fondu et coulé en lingots dont la pureté est supérieure à 92%. Carlin Trend est devenu le centre de l’industrie minière américaine et a permis au pays de devenir le deuxième producteur mondial.

Timothy S Green, auteur de « Le monde de l’or » : « L’essor de l’exploitation aurifère en Amérique a créé des milliers et des milliers d’emplois. D’une certaine manière, il a permis la renaissance du Nevada en tant qu’Etat. Il y a donc toute une vie autour de cette industrie qui, quand j’ai commencé à m’y intéresser dans le milieu des années 60, n’existait pas. En Amérique du Nord, vous trouviez la mine Homestake plus un ou deux petits producteurs. Au Canada, cette industrie vivait de subventions de l’Etat et dans le nord du pays, on essayait vraiment de maintenir debout les cités minières. Aujourd’hui, cette industrie est totalement transformée, elle est vivante et dynamique.»

L’Or de la diversification ou comment la Chine prévient les Etats-Unis.

Lundi, mai 4th, 2009

On peut voir dans l’augmentation de près de 75% en six ans de la possession d’or de la Chine, un désir de diversification de ses dirigeants, ceux-ci cherchant à se débarrasser de leurs Dollars ou au moins à ne pas baser leur économie sur cette seule monnaie.

La monnaie chinoise a cependant un statut particulier face au Dollar : pas totalement convertible mais loin d’être déconnectée. Comme l’explique Agnès BENASSY-QUERE (Station Météo sur France Culture) « le Yuan n’est pas totalement inconvertible, les exportateurs chinois peuvent reconvertir leurs Dollars en Yuans et inversement. Il y a certainement des procédures avec des autorisations administratives, mais ce n’est pas inconvertible. Le Yuan n’est non seulement pas indépendant du Dollar, mais totalement lié à lui. Le problème principal des autorités chinoises aujourd’hui, ce n’est pas tant le statut des monnaies, ni de prendre une place sur la scène internationale et rester intégré car cela la Chine a su le faire même avec une monnaie inconvertible. Le problème principal, les autorités chinoises étant à la tête d’un stock de 2000 milliards de Dollars, c’est le « risque dollar » et comment sortir de cette situation. »

Rappelons tout de même que les taux de change du Yuan sont fixés par les autorités chinoises, cette convertibilité non totale permettant de garder un Yuan bas face au Dollar évitant la spéculation sur la monnaie. Le coût de la main d’œuvre reste ainsi très bas et les prix compétitifs. Rendre le Yuan totalement convertible reviendrait pour l’économie chinoise à se tirer une balle dans le pied puisque « les Chinois seraient piégés et ne pourraient rien faire pour miner la valeur du Dollar, sinon ils verraient détruire tous leurs investissements et toute la valeur des Dollars qu’ils détiennent. D’une certaine façon, l’économie américaine et l’économie chinoise sont intimement liées, les deux pays sont condamnés à vivre ensemble à tel point que la politique étrangère des États-Unis avec la Chine va plutôt être menée par le Trésor que par le ministère des Affaires étrangères » déclare Steven EKOVICH.

C’est ainsi que les Chinois se décarcassent pour trouver des idées de diversification de leur capital. Le G20 avec l’émission de l’équivalent de 250 milliards de DTS (panier des 5 principales monnaies : Dollar, Yen, Franc suisse, Euro, Livre sterling) a satisfait les autorités chinoises qui ont vu là une manière d’échanger leurs Dollars, toujours au nom de la fameuse diversification.
Le stock de Dollars « chinois » est aujourd’hui estimé à hauteur de 2000 milliards. Il est en aucun cas question pour les Chinois d’échanger l’intégralité de ce stock mais de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier…

L’or rentre clairement dans cette logique de diversification, mais pas seulement. En effet, la Chine voit en l’or une valeur stable dont elle a on ne peut plus besoin aujourd’hui. Passés 1ers producteurs mondiaux avec une production de 282t en 2008, 5èmes détenteurs cette année, les Chinois sont clairement attirés par le métal jaune. Il y a une volonté de détenir assez d’or pour pourvoir à leur appétit grandissant : or physique pour le placement mais aussi augmentation de la production de produits à haute valeur ajoutée (électronique notamment), bijouterie, autant de secteurs que l’économie chinoise cherche à développer…et qui nécessite son pesant d’or !
Il ne faut pas se limiter à la question de la diversification pour expliquer l’augmentation du stock d’or chinois. Il faut y voir une volonté de se placer sur la scène internationale au niveau de la production de biens mais aussi d’avoir un pouvoir de négociation ainsi qu’une autonomie face au Dollar accrus.

Pour autant, il convient d’être prudent et de ne pas s’emballer. La part de ses réserves de change détenue en or ne représente que 1,6% de ses réserves totales, contre presque 80% pour les Etats-Unis.
Bien que tout récent (donc à relativiser), l’avertissement est clair pour les Etats-Unis : augmentation du stock d’or, diminution des achats de T-bonds, échange de DTS…Bien que très liée à elle, l’économie chinoise est bien déterminée à montrer à sa grande sœur américaine qu’elle peut s’émanciper si l’envie lui en prenait.

Anaïs BOURDON

ENGLISH ESPANOL ITALIANO CHINESE

Recherche
Partager le Blog
Share |

Suivez-nous sur TWITTER :
http://twitter.com/GOLDCOINorg

Réflexions
" Ce qui compte pour un alpiniste, c'est son effort, c'est son adresse, ce sont ses muscles. La corde qui l'assure ne joue aucun rôle tant que tout va bien. Mais elle lui donne la sécurité. De même, l'or ne sert qu'à garantir la confiance. C'est un refuge. "