tous les viagra generique secrets de la facon acheter priligy france qui vous acheter levitra fait mal et non seulement acheter cialis pas cher
Accueil / Revue de web / Revue du web du 30/12 : Trump, Brexit… rétrospective de l’or 2016
cours or 30/12/2016
Cours de l'or en euro et en dollar (c) Cotation AuCOFFRE.com

Revue du web du 30/12 : Trump, Brexit… rétrospective de l’or 2016


Après un bref point sur les tendances de la semaine du cours de l’or, je reviens sur les événements marquants qui ont influencé le cours de l’or en 2016. Brexit, élection de Donald Trump, fragilisation de la Deutsche Bank, politiques monétaires ultra accommodantes et anti-dollar, demande asiatique, pic de production… les facteurs d’influence à la hausse comme à la baisse ont été nombreux cette année. Après 3 années de consolidation, l’or a gagné 9% en un an. Toutes les classes d’actifs ne peuvent en dire autant !

Reprise du cours de l’or cette semaine

Même s’il est vain de suivre le cours de l’or au jour le jour, on termine la semaine avec une note positive qui ne manquera pas de réjouir les investisseurs à court terme. L’or a en effet progressé de 1,57% cette semaine (cotation AuCOFFRE.com), progressant de 1083 à 1100€ de dimanche à vendredi.

cours or 30/12/2016
Cours de l’or en euro et en dollar (c) Cotation AuCOFFRE.com

En toute logique et si son cours n’est pas trop manipulé, l’or devrait poursuivre sa hausse en janvier.

Essayons plutôt d’avoir une vision à plus long terme de l’or, qui je ne rappelle, n’est pas un support d’investissement spéculatif. On peut acheter de l’or physique régulièrement pour contrer les effets néfastes d’une crise, et renforcer ses positions sur l’or quand il est bas comme en ce moment.

En 2016, les demandes d’ETFs ont explosé

Selon le World Gold Council (le Conseil Mondial de l’Or), les achats d’ETFs (contrats or ou or papier) ont atteint des records pendant le second trimestre 2016. Dans la première partie de l’année, les investisseurs se sont réfugié dans l’or par aversion du risque. Les achats d’ETFs ont été particulièrement massifs (+ 579 t), entraînant une hausse des prix de l’or de 25% sur les 6 premiers mois de l’année.

Krach chinois, récession US, fragilité des banques et Brexit

Valeur refuge par excellence, le cours de l’or a profité du krach de la Bourse chinoise en début d’année, sur fond de récession américaine et de faillite bancaire avec la Deutsche Bank qui a perdu 40% de sa valeur en 6 mois. Le Brexit voté en juin par les Britanniques a fini d’enfoncer le clou, provoquant une hausse du cours de l’or de 30% par rapport à la fin janvier 2015.

En raison de leur caractère anxiogène, tous ces événements ont bien entendu concouru à la hausse du cours de l’or dans une première partie de l’année.

L’élection de Trump, une vraie surprise ?

Soyons honnête, peu de personnes avaient prédit l’élection de Trump par les américains en novembre dernier. Sous les chocs, les marchés ont d’abord vacillé pour vite se reprendre… et délaisser l’or. En pleine euphorie due à la hausse des taux directeurs et à l’espoir de retrouver un dollar fort, les investisseurs ont revendu quantité de contrats or et fait baisser le prix de l’once. Voilà où nous en sommes et le cours de l’or risque d’être chahuté encore quelques mois.

Logiquement, ça ne devrait pas durer, mais il faudra attendre les 6 premiers mois de 2017 pour voir si la politique inflationniste souhaitée par Donald Trump va profiter au cours de l’or.

En attendant, les raisons d’acheter de l’or physique en 2017 sont nombreuses, d’autant que les livrets A et les assurances-vies n’offrent plus les mêmes garanties qu’il y a 10 ans.

Bonnes fêtes de fin d’année, à l’année prochaine :)

A propos de Jean-François Faure

Jean-François Faure
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

cours or 16/12/2016

Revue du web du 16/12 : cours de l’or, braquage, Brexit, argent

Avec la remontée tant attendue des taux US, le cours de l’or continue sa prévisible descente. On revient aussi sur le braquage du fourgon transportant de l’or près de Lyon, sur l’importation massive d’or en Grande-Bretagne après le Brexit et sur la demande industrielle en argent métal.