tous les viagra generique secrets de la facon acheter priligy france qui vous acheter levitra fait mal et non seulement acheter cialis pas cher
Accueil / épargne / Investir en privilégiant à la fois rendement et sécurité ?
investissement épargne rendement sécurité

Investir en privilégiant à la fois rendement et sécurité ?


Protéger son patrimoine avec une recherche de rentabilité, est-ce encore possible ? Sur quels produits faut-il miser ? La démarche n’est pas du tout la même.
Ronny Ktorza, un épargnant au profil atypique qui aime tout autant la sécurité et le risque a choisi de mixer notamment or physique et crypto-monnaies.
Nous verrons au cours de ce retour d’expérience très intéressant que si le choix des produits d’investissement est important, le moment pour en acheter l’est tout autant.

Qui est Ronny Ktorza ?

Ronny Ktorza est membre d’AuCOFFRE.com, j’ai été interpelé par son profil atypique, à la fois “prudent” – qui achète des pièces d’or d’investissement classiques -, et offensif – qui investit dans les cryptomonnaies (ether et bitcoin). Cet avocat de 33 ans, enseignant aussi à la fac et en écoles de commerce, se définit plutôt comme un économiste autrichien. Il expliquera pourquoi plus loin dans l’interview.
Chroniqueur sur 24hgold.com entre 2011 à 2015, il prend aujourd’hui la parole sur loretlargent.info pour répondre à mes questions.

Comment définiriez-vous votre profil d’épargnant ?

Ronny Ktorza – J’ai un profil un peu atypique en ce que j’aime à la fois la sécurité et le risque. Une bonne partie de mon épargne se trouve sur des livrets « sécurisés » (LDDS, Livret A, Plan Épargne Logement, Compte Épargne Logement) et, dans le même temps, j’apprécie aussi placer mon argent sur des actifs volatiles : l’or et, surtout, les crypto-monnaies.

Quels sont vos produits d’épargne et d’investissement ?

Ronny Ktorza – J’ai placé mon argent sur de nombreux actifs : pour les livrets, LDDS et Livret A, donc. Mais je ne sais même pas si on peut considérer ces deux derniers comme des « produits d’épargne et d’investissement » tant leur rendement est ridicule aujourd’hui : même avec un livret A « rempli », on va percevoir moins de 200 € d’intérêts. C’est encore plus caricatural pour le LDDS, plafonné à 12000 €.

Pour le PEL, c’est différent car j’avais ouvert le mien lorsqu’il était à 2,5% bruts. De ce fait, mon rendement est plus substantiel mais il faut accepter de bloquer son argent pendant plusieurs années. Quant au Compte Épargne Logement, son ouverture est symbolique.
Ensuite, j’ai quelques centaines d’euros sur des livrets bancaires de banques en ligne mais aux rendements encore plus faibles.
Concernant les assurances-vie, je dispose de cinq contrats (à montants variables). J’ai tendance à privilégier le risque dans ces cas-là car je pars du postulat que, sur le long terme, je serai toujours gagnant.

Seule chose à observer scrupuleusement : il faut quand même faire attention aux frais sollicités par les organismes souscripteurs. Il y a un peu plus de deux ans, j’avais ouvert un contrat d’assurance-vie au sein d’une compagnie d’assurance dont je tairai le nom. Les frais annuels dépassaient les 5%… Du coup, j’ai stoppé les versements. Il faut aussi accepter le fait que notre information est limitée à l’instant « T » et que, nécessairement, nous commettrons des erreurs.

J’ai également beaucoup investi sur l’or au printemps dernier. Hélas, le moment de mon entrée sur ce « marché » n’a pas été heureux car j’en ai acheté énormément au moment du « pic » des taux. Depuis l’été 2016, la chute des cours de l’or est inattendu et assez violente au vu de l’évolution de 2016 [NDLR : l’or a ensuite performé pendant 6 mois]. Idem pour l’argent.

Tout le contraire du Bitcoin et des autres crypto-monnaies qui ont le vent en poupe depuis le début d’année 2016 et dans lesquels j’ai également placé quelques billes (pas assez, devrais-je regretter…).

Comment achetez-vous de l’or et des bitcoins : régulièrement ou plutôt ponctuellement en fonction des opportunités ?

Ronny Ktorza – Pour l’or, j’en ai acheté une grosse partie au printemps 2016. J’ai « remis au pot » pendant l’été. J’ai cru que l’« effet Brexit » allait se poursuivre. Ce fut une erreur malheureusement. Depuis lors, j’ai un plan-épargne LSP où j’investis environ 20-25 € par mois sur de l’or ou de l’argent.

Concernant les crypto-monnaies, j’avais investi 2000 € en mai 2016 sur Bitcoin et Ethereum. Pendant le mois de mai, le BTC avait augmenté substantiellement et ETH , après une baisse, avait connu une jolie « success story ». Puis, à compter de début juin 2016, il y a eu une réelle explosion des cours. J’étais évidemment heureux puisque mon investissement avait quasiment doublé. Ca me paraissait irréel en si peu de temps. Je me suis posé la question de vendre et, finalement, j’ai préféré attendre encore. Sauf qu’il y a eu quelques événements inattendus comme le « hack » d’Ethereum. Nous avons été plusieurs à penser que l’ether allait mourir. Les mois suivants allaient dans ce sens. Les cours de cette monnaie étaient dans le rouge et sont même descendus à 4 € après être montés jusqu’à 20 €. Évidemment, a posteriori, quand on constate la remontée fulgurante de l’ether depuis l’hiver, on peut avoir des regrets. J’avais vendu mes ether en juin 2016 et mes bitcoins en juillet 2016.

L’avenir m’a donné tort mais il faut accepter le fait que nous ne disposons pas d’une boule de cristal. Je suis économiste autrichien et je considère ainsi que les modèles formalisés ne sont pas du tout adaptés à la réalité. Ils omettent les fièvres irrationnelles pouvant se produire à un moment inattendu.

Depuis lors, j’ai remis une petite somme sur des « altcoins » (ZCash, Monero et Ripple). En peu de temps, mon investissement avait quasiment doublé mais, comme je le pressentais quelque peu, la période estivale est passée par là et a conduit à une diminution logique des cours. Pendant l’été, les investisseurs vendent une partie de leurs actifs pour partir en vacances. Ce phénomène n’est pas propre aux crypto-monnaies, il est général.

Pour quelle valeur avez-vous acheté de l’or ?

Ronny Ktorza – Aujourd’hui, je dispose d’environ 7000-8000 € d’or/argent, uniquement de l’or et de l’argent physique en gardiennage. J’ai aussi acheté des actions dans des mines d’or par le biais d’un de mes contrats d’assurance-vie.

En quoi ces achats sont-ils pour vous différents ?

Ronny Ktorza – L’or/argent et les crypto-monnaies ont un point commun majeur : ce sont des valeurs-refuge et leurs investisseurs estiment qu’on ne peut pas faire confiance en les politiques monétaires nationales. On protège ainsi notre argent en se « réfugiant » vers ces actifs. La volatilité de ces derniers est importante mais force est de constater que, sur le long terme, on est plutôt gagnant. Celui qui a investi sur l’or, il y a 45 ans, est heureux. Celui qui a investi un petit pécule sur BTC en 2010 et tient est, depuis lors, riche. BTC a des performances supérieures à l’or mais rien ne dit que cette monnaie ne disparaîtra pas un jour. En revanche, l’or est une valeur ancestrale qui a fait ses preuves depuis des siècles. Je ne crois évidemment pas que, de notre vivant, les cours de l’or s’effondreront à un taux « symbolique ».

Sont-ils complémentaires ?

Ronny Ktorza – Je ne sais pas si on peut dire qu’ils sont complémentaires. J’ai personnellement investi sur les deux actifs mais de nombreuses personnes ne préfèrent miser que sur l’or car elles sont sceptiques sur bitcoin qu’elles estiment uniquement « bullesques », eu égard au faible nombre de transactions journalières (j’aurais, au contraire, tendance à penser que la bulle ne fait que commencer et que de plus en plus de personnes investiront dessus, ce qui contribuera à faire encore monter les cours).
Au contraire, d’autres personnes, désireuses d’empocher un pactole substantiel, ne se tourneront que vers BTC. Car si l’or a des performances remarquables depuis 45 ans, il est impossible de tripler sa mise en quelques mois. Impossible n’est pas BTC en revanche.

Quels conseils donneriez-vous à un épargnant aujourd’hui ?

Ronny Ktorza – Je donnerais un conseil qu’on a parfois du mal à s’appliquer à soi-même. Profiter de l’été pour acheter des crypto-monnaies. La période janvier-juin sera ensuite probablement propice à de belles augmentations. En tout état de cause, ne pas s’effrayer en cas de baisse brutale. BTC et les autres crypto-monnaies ont connu de nombreuses chutes des cours et se sont toujours relevées.
Ne pas écouter les « médias traditionnels » qui parleront à foison de « bulle » du BTC. Même quand il ne valait qu’1 $, le terme « bulle » était parfois employé.
Et, enfin, profiter des bas cours de l’or pour acheter quelques pièces (si vous en avez évidemment les moyens).

Notre conclusion : quel est le meilleur moment pour acheter finalement ?

J’émettrais juste une mise en garde, quand même, sur l’investissement dans les crypto-monnaies. Contrairement à l’or qui, comme Ronny le souligne, ne peuvent s’effondrer à une valeur nulle (c’est aussi notre point de vue, compte tenu de sa valeur intrinsèque et de sa rareté), investir dans le bitcoin peut mener à la ruine. Ses propos sur le sujet n’engagent que lui, idem en ce qui concerne la qualification de “valeurs-refuges” pour les crypto-monnaies.

Quant à acheter de l’or au bon moment, vaut-il mieux faire un achat ponctuel ou fractionné dans le temps, régulier ?
En fait, il n’est pas nécessaire de faire un choix strict entre les deux placements. Les deux méthodes d’achat sont bonnes en fonction des objectifs que vous vous fixez.

L’achat ponctuel peut être recommandé dans des circonstances particulières (baisse très significative des cours, rupture de stock ou éditions limitées de pièces…). Mais nous sommes sur des actifs tangibles et les cours peuvent se révéler imprévisibles.

Il est donc important de pouvoir lisser vos achats (c’est possible avec le LSP moyennement peu d’investissement par mois) afin de vous donner le choix. La gestion de vos ventes sera plus pertinente. En achetant à des prix différents, vous aurez des produits ayant divers comportements et différentes valorisations dans le temps. Si vous avez un besoin de liquidité urgent, ce choix est un atout, puisque vous pourrez revendre les produits qui auront été le moins impactés par la tendance ou ceux qui en auront tiré le plus de performance. Ainsi, vous ne serez pas restreint à une seule possibilité.

 

A propos de Jean-François Faure

Jean-François Faure
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

épargne des Français APL

Les ménages français ne savent pas quoi faire de 415 milliards d’euros

Avec la publication du dernier bilan trimestriel de la Banque de France sur l’épargne des …