Aider avec impuissance masculine levitra generique france
Accueil / Non classé / Bourse, croissance, déflation… Faut-il avoir peur de 2016 ?
Crise en 2016 : faut-il avoir peur ?

Bourse, croissance, déflation… Faut-il avoir peur de 2016 ?


Dans ce nouveau dossier, nous mettons en perspective la versatilité du cours de l’or et les signaux alarmants d’une crise qui sera peut-être pire que celle de 2008. La versatilité ne concerne pas les fondamentaux de l’or et pas toujours du côté que voient les investisseurs émotifs à court terme, du bout de leur lorgnette.

De la versatilité du cours de l’or

C’est toujours un exercice délicat d’écrire sur les tendances du cours de l’or à court terme. Les articles sur le sujet sont vite dépassés. La preuve avec cet article du Figaro intitulé L’or retrouve (un peu) de son éclat. Le temps de le mettre en ligne, les “inquiétudes sur la croissance chinoise et des tensions géopolitiques au Moyen-Orient” qui ont profité au cours du métal jaune en début de semaine n’ont pas fait long feu… L’or est repassé ce jour sous le seuil psychologique des 1000€, baisse suscitée par le rebond des marchés boursiers, probablement illusoire et de courte durée aussi.
La semaine prochaine le cours de l’or repassera sûrement au-dessus des 1000€, et ainsi de suite, dans une marge de manoeuvre assez étroite.
Ce qu’il est important d’envisager, ce sont les tendances à long terme de l’or et ses atouts fondamentaux.

Comme le précise le journal Les Echos, “L’or joue les valeurs refuges… pour le moment”. Il est à noter que sur le mois de janvier, la valeur a été haussière.
L’AGEFI parlait de “revanche des précieux” en début de semaine.
Pour Boursier.com, l’or a fait un “bon début d’année, grâce aux turbulences boursières”.

L’euphorie des investisseurs émotifs a été de courte durée, puisque cette semaine, les cours de l’or ont été impactés par la hausse des actions. Mais il y a fort à parier, sans vouloir jouer les Cassandre, que l’euphorie boursière va être de courte durée.

Actions : vendez tout !

Cette semaine, de nouveaux éléments sont venus étayer notre dossier “Préparez-vous à la crise de 2016 !”.

Des banquiers exhortent leurs clients à se débarrasser de leurs actions.
Selon le site anglais Gold Eagle, la banque UBS a averti ses clients que le cycle de sept ans dans des actions devait se retourner. Nous pourrions voir une forte correction de 30% dans des actions … et selon leur rapport intitulé Perspectives technique 2016, “il est temps d’ acheter de l’or”.
D’après les analystes Michael Riesner et Marc Müller d’UBS, le marché baissier qui a dominé le prix de l’or depuis 2011 a presque touché le fond, avec une “base haussière pour le prochain marché pluriannuel”.

Selon cet article de Résistance Authentique, la Banque Royale d’Ecosse – la 20e plus grande banque mondiale – a prévu une «année cataclysmique» pour les actions, avec une chute des marchés comprise entre 10 et 20% (source Zero Hedge), ainsi qu’une crise globale déflationniste. La Royal Bank of Scotland aurait donc recommandé à ses clients de tout vendre, hormis les obligations de très bonne qualité.
“La capitalisation de l’ensemble des sociétés cotées sur le S&P 500 a chuté d’environ 1000 milliards de dollars depuis le début de l’année 2016, et la panique se répand comme une traînée de poudre dans le monde entier”, précise cet article de Business Bourse.

Le très mainstream Figaro y va lui aussi de ses perspectives alarmistes pour 2016 en titrant le 12 janvier “La crise financière qui vient sera plus violente que celle des subprimes”. Benjamin Masse-Stamberger explique dans cet article que des phénomènes similaires à 2007 sont observables. “Des fonds spéculatifs, comme le New-Yorkais Third Avenue, ou encore Stone Lion, ont dû mettre la clef sous la porte, dans l’incapacité de faire face à des demandes soudaines et massives de retraits de fonds”.

Ces deux faillites sont à replacer dans le contexte actuel d’extrême instabilité. “D’abord, avec de très fortes tensions sur les marchés financiers, notamment en Chine, où la Bourse tangue depuis plusieurs mois. Ensuite, avec des banques centrales qui ont inondé l’économie mondiale de liquidités, soignant le mal par le mal: si la crise économique s’en est trouvée apaisée, aux Etats-Unis surtout, les germes ont été plantés pour la crise suivante, liée à l’explosion des bulles formées par cet excès d’argent dans le système”, poursuit Benjamin Masse-Stamberger.

Dans ce climat d’instabilité extrême redouté par de nombreux analystes, la Banque mondiale a sans surprise baissé les perspectives de croissance pour 2016.

Les prix n’augmentent plus depuis 60 ans (“une première”, précisent Les Echos). Sans inflation, comment relancer la croissance ?

Et en France, la chute de l’action Renault suite au scandale similaire à celui de VolksWagen ne va pas arranger les finances de l’Etat, actionnaire à hauteur de 19,7%.

Pour revenir à l’or et à ses fondamentaux de valeur protectrice tangible, je citerai les analystes d’UBS, Michael Riesner et Marc Müller, qui disent que “Contrairement à la tendance séculaire sous-jacente des matières premières (qui a viré baissière), nous voyons toujours l’or (qui est à notre avis une monnaie et non une marchandise) se négocier dans un marché haussier séculaire”. La messe est dite !

Bannière pub AuCOFRE

A propos de Jean-François Faure

Jean-François Faure
Jean-François Faure. Président d’AuCOFFRE.com. Voir la biographie.

Voir aussi

La Vera Vita, une Belle Epargne à l’image des femmes

Messieurs, c’est le bon moment pour offrir une Vera Vita ! La Vera Vita, une Belle …